Les carburants alternatifs ont le potentiel nécessaire

Un rapport présenté hier à la Commission européenne par le groupe d’experts sur les carburants du futur pour les transports, révèle que les carburants alternatifs disposent du potentiel nécessaire pour remplacer progressivement les sources d’énergie fossiles et rendre le transport durable d’ici à 2050.

L’Union européenne aura besoin de sources d’énergie non issues du pétrole et n’émettant quasiment pas de CO2 pour le transport d’ici à 2050 afin de réduire les effets sur l’environnement et de répondre aux préoccupations liées à la sécurité de l’approvisionnement en énergie. Le groupe d’experts a, pour la première fois, élaboré une stratégie globale couvrant l’ensemble du secteur des transports. Il serait possible de répondre à la demande escomptée de tous les modes de transport par une combinaison d’électricité (batteries et hydrogène/piles à combustible) et de biocarburants comme solutions principales, complétées par des carburants de synthèse (issus de sources renouvelables dans une proportion croissante) comme solution intermédiaire, de méthane (gaz naturel et biométhane) comme carburant complémentaire et de GPL comme carburant d’appoint.

Selon Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne responsable des transports, “si nous voulons rendre les transports réellement durables, nous devons nous tourner vers les carburants alternatifs. Et pour ce faire, nous devons tenir compte des besoins de tous les modes de transport“.

Dans cette optique, la Commission est en train de revoir les politiques actuelles. Le rapport présenté hier sera pris en compte dans l’«initiative stratégique pour des systèmes de transport propres» qui sera lancée cette année. Cette initiative vise à élaborer une stratégie cohérente à long terme permettant de répondre totalement à la demande en énergie du secteur des transports au moyen de sources alternatives et durables d’ici à 2050.

“Décarboniser” les transports

Toujours selon le rapport, les carburants alternatifs constituent la meilleure solution pour «décarboniser» les transports en remplaçant progressivement les sources d’énergie fossiles. La viabilité technique et économique, l’utilisation efficace des sources d’énergie primaire et la réaction du marché seront toutefois déterminantes pour la pénétration des différents carburants et technologies sur le marché.

Les candidats à la substitution des carburants classiques sont multiples. La demande de carburant et les défis liés aux gaz à effet de serre imposeront plus que probablement de recourir à une palette de carburants pouvant être produits à partir d’un grand nombre de sources d’énergie primaire différentes. Il existe un large consensus pour affirmer que tous les carburants durables seront nécessaires pour répondre totalement à la demande escomptée.

Chaque mode de transport nécessite une solution différente. Les carburants à haute densité d’énergie conviennent davantage aux activités impliquant des trajets longs, telles que le fret routier, le transport maritime et l’aviation. La compatibilité des nouveaux carburants avec les technologies et les infrastructures actuelles ou le fait que certains carburants nécessitent des changements radicaux sont des facteurs importants à prendre en compte car ils déterminent notamment la viabilité économique des différentes solutions.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter