Sida : un homosexuel américain sur cinq touché par le virus

Alors qu’une étude récente s’alarmait de la courbe croissante de la contamination des hommes homosexuels français par le virus du Sida, une étude des services de santé américains révèle elle aussi des chiffres très inquiétants outre-Atlantique, s’agissant des contaminations mais surtout du nombre de séropositifs qui s’ignorent.

Selon une étude réalisée auprès des “hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes” les HSH, dans une vingtaine de métropoles américaines, 19% de ces HSH seraient infectés par le virus du sida, le plus grave étant que 44% d’entre-eux l’ignoreraient. Un homosexuel homme sur cinq est donc contaminé mais presque la moitié d’entre-eux l’ignore, faute de dépistage.

Les chiffres font également apparaitre d’importantes disparités entre les communautés ethniques. Ainsi 28% des homosexuels noirs sont infectés par le virus contre 18% des hispaniques ou 15% des blancs. Plus important encore, 59% des Noirs infectés ignorent leur séropositivité , 46% des Hispaniques et 26% des Blancs.

Washington, Nigeria, même combat

A l’origine de tels chiffres, le manque d’information concernant le dépistage. Cette déficience tient également beaucoup à la notion même de HSH. En effet, cette notion utilisée par les chercheurs comprend les “gays” , mais également des hommes ayant des relations avec d’autres hommes mais refusant de se considérer comme “gays” et ne sentant donc pas concernés par les campagnes destinées à ces derniers.

Pour Kevin Fenton, le directeur du département consacré au sida au sein des Centres de contrôle des maladies, “le message est clair: le VIH fait payer un lourd tribut aux hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes dans les grandes villes américaines. (…) On doit accroître l’accès aux tests pour que ces hommes en sachent davantage sur leur état” .

La situation est donc inquiétante aux Etats-Unis. Déjà, en 2009, une étude menée à Washington estimait que plus de 3% de la population était touché par le virus. Selon le magazine Tétu, un tel chiffre place la capitale américaine au même plan qu’un pays africain comme le Nigéria !

  • facebook
  • googleplus
  • twitter