• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Eau
  • >
  • Stations d’épuration : Chantal Jouanno dresse le bilan de deux ans d’action

Stations d’épuration : Chantal Jouanno dresse le bilan de deux ans d’action

Chantal JouannoA l’occasion d’une visite des chantiers de mise aux normes sur la station d’épuration dite de Seine aval, Chantal Jouanno a dressé un bilan des deux ans du plan d’action de résorption des retards de mises aux normes des stations d’épuration.

Le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) a engagé la construction de 3 nouveaux équipements sur la station d’épuration de Seine aval. Ces 3 chantiers d’envergure permettront d’atteindre, d’ici 2011, les objectifs de la Directive européenne relative aux Eaux Résiduaires Urbaines. Ils représentent un investissement de 322 millions d?euros, soutenus par l’agence de l’eau et la région Ile de France et marquent une étape importante pour la reconquête de la qualité de la Seine.

Les deux tiers du parc sont désormais conformes

A cette occasion, Chantal Jouanno a dressé un bilan des deux ans du plan d’action de résorption des retards de mises aux normes des stations d’épuration, lancé le 14 septembre 2007 à Arcachon par Jean-Louis Borloo. Ce plan d’envergure, qui allie des mesures de police mais aussi d’incitations et d’accompagnement, est doté d’importants moyens financiers des agences de l’eau mais aussi d’un prêt d’1,5 milliards d’euros de la Caisse des Dépôts. Il est aujourd’hui pleinement opérationnel.

Parmi les 146 stations d’épuration identifiées comme non conformes début 2007 et qui faisaient l’objet d’un suivi particulier dans le cadre de ce plan d’action, 93 ont été mises en conformité au 28 septembre 2009, soit 2/3 du parc. Parmi les 53 stations d’épuration non encore aux normes, 41 sont en travaux. Seules 12 n’ont pas encore vu le démarrage de leurs travaux. Les mesures réglementaires et financières ont été prises pour s’assurer du respect des plannings annoncés afin que la quasi-totalité des travaux démarre avant la fin 2009 et au plus tard en 2010 pour les dernières.

Nous sommes en passe de gagner la bataille de l’assainissement

« Nous sommes en passe de gagner la bataille de l’assainissement. Ne fléchissons pas dans la dernière ligne droite » a conclu Chantal Jouanno. Il faut noter à ce titre la collaboration exemplaire du Syndicat Interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne avec l’ensemble des acteurs de l’eau et bien sûr les services de l’Etat, collaboration et professionnalisme qui a permis le respect au mois près des plannings annoncés il y a maintenant 3 ans.

Sur les 5 usines du SIAAP, il ne reste plus que l’usine d’épuration Seine aval dont les travaux viennent de démarrer à mettre aux normes uniquement sur le traitement des nitrates et l’usine d’épuration seine amont, toujours en travaux qui atteint déjà les performances exigées depuis quelques semaines. La mise en conformité de ces stations est emblématique au regard du poids de la zone centrale de l’agglomération parisienne qui pèse à elle seule 14% de la pollution totale des agglomérations d’assainissement françaises.

L’application du plan de mise aux normes des stations d’épuration va progressivement basculer d’une résorption d’un retard qui n’était pas tolérable à une anticipation des mises aux normes pour permettre notamment à la France de mettre en conformité une partie de son parc de station d’épuration d’ici 2015 au regard des nouvelles exigences de la directive cadre sur l’eau. Après 2015, l’entretien du parc nécessitera la reconstruction annuelle d’environ 500 stations d’épuration (sur les 17 700 du parc) soit environ 3 millions de capacité épuratoire pour un montant annuel de l’ordre de 750 millions d’euros par an.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter