Cruiser : sur le d�part, Barnier a d�cid� de ne pas d�cider

Abeilles ruche

Le comit� de suivi du Cruiser s’est r�uni vendredi dernier pour faire le point sur la campagne 2009. Tr�s sensible, la d�cision de renouveler ou non l’autorisation de ce produit a �t� report�e � l’automne, Michel Barnier passant la “patate chaude” � Bruno Le Maire, son successeur au minist�re de l’Agriculture.

Le comit� de suivi a �tudi� en d�tail la situation pour r�aliser un �tat des lieux. Il s’est int�ress� bien entendu � l’�tat sanitaire des ruchers � l’issue de la campagne 2008, et aux conditions de mise en place du dispositif de surveillance pour l’ann�e 2009. Les membres du comit� se sont �galement pench�s sur les incidents signal�s par la brigade nationale d’enqu�tes v�t�rinaires et sanitaires, en consid�rant l’analyse de l’AFSSA et des connaissances scientifiques actuelles.

Au regard de l’ensemble de ces �l�ments collect�s, le minist�re a d�cid� de maintenir l’interdiction du Cruiser jusqu’� l’automne prochain. Avant de se d�cider, le Minist�re de l’agriculture demande l’�claircissement de certaines informatons comme par exemple l’�mission des poussi�res lors du semis et plus g�n�ralement les pratiques agricoles g�n�ratrices d’incidents.

Liens �tablis

Pour les �cologistes de France Nature Environnement, � le lien entre cet insecticide et certains cas de mortalit� d’abeilles observ�s au printemps a �t� officiellement �tabli �. FNE rappelle que l’AFSSA a en effet confirm� que les deux cas de mortalit�s aigu�s de butineuses observ�s d�but avril en Charente-Maritime et Vend�e �taient bien li�s � l’utilisation du Cruiser en enrobage des semences de ma�s, en lien avec de mauvaises pratiques agricoles.

Le collectif �cologiste rappelle qu’il a toujours contest� le s�rieux du protocole lui-m�me et de sa mise en place sur le terrain. � Dans ces conditions, comment tirer des conclusions de ce suivi ? � s’initerroge-t-il. FNE affirme que durant la r�union, le Centre National de D�veloppement Apicole a confirm� que le d�clin des populations d’abeilles �tait de l’ordre de 30%. De nombreux cas de st�rilit� des reines (ruches bourdonneuses) ont �t� �galement rapport�s sans explication.

“Supercherie”

Dans ce contexte tr�s inqui�tant, FNE demande au Ministre de l’Agriculture l’application, en urgence du principe de pr�caution pour la protection des abeilles et des pollinisateurs en g�n�ral et lui demande instamment de ne pas renouveler l’autorisation du Cruiser pour la campagne 2010. Pour Claudine Joly, charg�e du dossier � FNE : � Les pollinisateurs sont en danger. Les cons�quences de leur disparition �ventuelle sont incommensurables. M�me si les pesticides ne sont pas l’unique cause de leur d�clin, nous devons pour les sauver mettre toutes les chances de notre c�t�, et donc stopper imp�rativement l’utilisation de produits qui, comme le Cruiser, sont officiellement reconnus dangereux pour les abeilles. �

Du c�t� de l’Union Nationale des Apiculteurs Fran�ais (UNAF), on d�plore �galement cette non-d�cision qualifi�� de � supercherie �. L’UNAF stigmatise un manque de courage de Michel Barnier, minist�re sortant, qui s’est content� de passer la patate chaude � son successeur.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter