• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Eau
  • >
  • Suez Environnement lance l’offensive sur le marché de l’eau d’Ile-de-France

Suez Environnement lance l’offensive sur le marché de l’eau d’Ile-de-France

Suez_Environnement.JPGAprès la perte du marché parisien de l’eau, Suez Environnement passe à l’offensive en région parisienne. Le groupe de Jean-Louis Chaussade a décidé de frapper un grand coup en Ile-de-France, en lançant une campagne très offensive auprès des maires des communes membres du Sedif.

Alors que le contrat qui lie Veolia au Syndicat des Eaux d’Ile-de-France s’achève fin 2010, Suez Environnement a décidé de lancer une vaste offensive commerciale afin de récupérer le marché. “Les Echos” révèlent aujourd’hui que Gérard Mestrallet, le président de GDF Suez et Jean-Louis Chaussade, le président de Suez Environnement ont signé conjointement une lettre qu’ils ont adressée aux maires des 144 communes membres du Sedif.

Dans ce courrier, les deux hommes annoncent officiellement leur candidature à l’appel d’offres en préparation, mais vont au delà.  Ils proposent en effet de diviser le contrat jusque là détenu par Veolia en plusieurs parties. On peut ainsi lire dans ce courrier que “l”allotissement est la garantie d’un meilleur choix pour le syndicat et d’un meilleur service pour les usagers en termes de qualité de l’eau, de tarification sociale et d’écoute des consommateurs. L’étendue du service à déléguer donne à l’opérateur sortant un avantage considérable. ‘Allotir’ signifie respecter l’égalité entre les candidats et intensifier la concurrence“.

Le plus gros contrat européen 

L’enjeu est de taille pour Suez Environnement sachant que le le contrat qui s’achève fin 2010 représente un revenu annuel estimé à plus de 350 millions d’euros par an, ce qui fait de ce contrat, le plus gros en Europe. Par ailleurs, 142 délégués représentants les 144 communes du Sedif devront voter le 11 décembre prochain sur le futur mode de gestion du syndicat.

Le Sedif a évoqué quatre possibilités différentes, deux en gestion directe avec régie publique et deux en gestion déléguée au public. En octobre dernier, le bureau du syndicat s’était prononcé en faveur d’une gestion privée avec un système de régie intéressée, et soumettra cette version au vote de décembre.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter