Les Français plutôt sévères par rapport au Grenelle de l’environnement

terre_sauvage.JPGDans le cadre du 3e baromètre de la nature, le magazine Terre Sauvage publie également cette année, à l’occasion du premier anniversaire du Grenelle de l’environnement, un sondage intéressant sur le sentiment des Français par rapport au programme défini par ce grand élan écologique.

Associé à Réserves Naturelles de France, au WWF, à la LPO et à l’UICN, le magazine Terre Sauvage publie donc un sondage IFOP sur le bilan des Français un an après le Grenelle de l’environnement. Une initiative intéressante et éclairante sur le regard porté par les Français sur l’ambition “verte” portée par Jean-Louis Borloo, à partir d’une vaste concertation multipartite.

Parmi les enseignements du sondage, on peut retenir notamment que 2 Français sur 3 ont perçu le Grenelle comme important. Par ailleurs, on apprend également que 1 Français sur 5 seulement juge « plutôt efficaces » les décisions prises pour la protection de la biodiversité et des ressources naturelles. Si les Français considèrent de manière positive et importante l’initiative, le résultat actuel est jugé plutôt sévèrement.

Notes aussi mauvaises qu’en 2007

Parallèlement, réalisé à partir de données officielles, le Baromètre présente une synthèse illustrée de l’état de la nature en France. Sur la base d’une sélection d’indicateurs, le comité scientifique du magazine attribue des notes par grands thèmes. En 2008, celles-ci sont aussi mauvaises qu’en 2007 pour la « biodiversité » (6/20) et l’« eau/air » (7/20). Seule la note « territoires/espaces protégés » change : elle baisse d’un point, passant de 14/20 à 13/20.

Ces résultats tiennent à différents facteurs, détaillés dans les pages de Terre sauvage. Parmi ceux-ci, pour la biodiversité, il convient d’évoquer le mauvais état de conservation des habitats et des espèces, établi dans un rapport réalisé au titre de la directive Habitats mais aussi des chutes d’effectifs pour de nombreux oiseaux communs et quantité d’espèces menacées de disparition.

S’agissant de l’eau et de l’air, il faut noter la persistance de nombreux polluants chimiques (PCB, nitrates, pesticides) dans les eaux de surface, la présence de polluants microbiologiques dans les eaux côtières et, pour l’air, la dangerosité des particules de poussière et l’augmentation prévisible de la concentration en ozone.

Seulement 1% du territoire protégé

Enfin, pour les territoires/espaces protégés, selon le Baromètre, 1 % seulement du territoire national serait sous protection réglementaire, malgré les belles avancées de 2007 (création de deux parcs nationaux et du premier parc naturel marin) et l’augmentation de 17 % du budget des réserves naturelles.

L’ensemble du Baromètre de la nature 2008 et le sondage sont consultables dans le numéro d’octobre de Terre sauvage, en kiosque depuis le 26 septembre.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter