Michel Barnier fait le point sur l’agriculture bio

agriculture_bio.jpgMichel Barnier concluait hier les travaux du Grand Conseil d’orientation de l’Agence BIO. Un an après le lancement du plan « Agriculture biologique : Horizon 2012 », le Ministre de l’agriculture a fait le point sur  les mesures  mises en oeuvre, à l’heure où l’Office interprofessionnel  des grandes cultures publient des chiffres  décevants pour ce type de cultures.

Parmi les mesures mises en oeuvre à l’occasion du plan “Agriculture bioologiuqe : Horizon 2012”, la réorientation des moyens de la recherche et du développement pour décloisonner et renforcer la prise en compte de l’agriculture biologique dans les différents programmes, la consolidation des filières avec la création d’un fonds doté de 15 millions d’euros  sur 5 ans au sein de l’Agence bio, la mobilisation du Fonds d’intervention des industries agroalimentaires à hauteur de 2 millions d’euros pour 4 projets en 2008 et l’introduction de 20% de produits bio dans la restauration collective de l’Etat d’ici 2012.

La réussite de ce plan, qui vise à tripler les surfaces consacrées à l’agriculture biologique pour atteindre 6% en 2012, repose sur une dynamique de nouvelles conversions vers ce mode de production. Pour les encourager, Michel Barnier a annoncé le déplafonnement des aides à la conversion de l’agriculture conventionnelle vers l’agriculture biologique.

Satisfaire une demande croissante 

Cette mesure très attendue par l’ensemble de la profession crée des conditions beaucoup plus favorables aux conversions, notamment dans le secteur des grandes cultures. Elle devrait permettre, dans le cadre de filières structurées, de mieux satisfaire la demande des consommateurs en produits issus de l’agriculture biologique qui augmente de 10% par an.

Pour Michel Barnier, le développement de l’agriculture biologique est un des éléments du développement durable de l’agriculture française, priorité du bilan de santé de la PAC. Le bilan de santé de la PAC devrait permettre de mettre en place un soutien spécifique à l’agriculture biologique grâce à une réorientation des aides.

L’agriculture biologique s’inscrit naturellement et pleinement dans la stratégie d’un développement durable de l’agriculture. Il faut donc assurer son développement. Le plan lancé il y a un an est désormais doté des dispositifs devant permettre d’atteindre les objectifs d’un triplement des surfaces d’ici 2012, conclut Michel Barnier.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter