Le G8 fait choux blanc auprès des pays émergents

fumee.jpgA Toyako au Japon, alors que les membres du G8 avaient trouvé un accord sur des objectifs chiffrés dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, ils se sont heurtés hier matin, aux pays émergents qui de leur côté refusent tout objectif chiffré.

Mardi, les huit pays parmi les plus industrialisés, adoptaient un texte stipulant qu’ils allaient “chercher à partager avec toutes les parties à la Convention de l’ONU sur les changements climatiques un objectif de réduction d’au moins 50% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2050“. Cependant, cette décision était assortie d’une seconde précisant que “ce défi mondial ne pouvait seulement être relevé par une réponse mondiale, en particulier par les contributions venant des principales économies“.

Et, c’est bien cette seconde partie qui pose problème après le refus des pays émergents d’adhérer aux objectifs chiffrés fixés par le G8. Ces principaux pays réunis au sein du G5, regroupant Inde, Chine, Mexique, Brésil et Afrique du Sud, ont immédiatement dénoncé le texte adopté le jugeant insuffisant.

Un refus lourd de conséquences

Dans un communiqué, ils ont fait savoir qu’il “est essentiel que les pays développés montrent la voie et réduisent en 2020 leurs émissions de gaz à effet de serre (…) d’au moins 25 à 40% par rapport à leur niveau de 1990 et en 2050 de 80 à 95%. Nous sommes déterminés à conduire des actions nationales appropriées d’atténuation et d’adaptation, conformes au développement durable“.

Par ailleurs, ce refus aura d’autres répercussions, En effet, Georges W.Bush avait mardi pour la première fois accepté de souscrire à un objectif chiffré de réduction des émissions. Or, il avait conditionné cet engagement à l’implication des pays émergents et plus particulièrement l’Inde et la Chine.

Réunis mercredi avec les chefs d’Etats et de gouvernement du groupe des “Major Economies Meeting”, MEM réunissant seize pays totalisant 80% des émissions polluantes mondiales, les membres du G8 espéraient entrainer les pays émergents à revenir sur leur déclaration. Néanmoins, après deux heures de débats houleux, aucun objectif chiffré n’est ressorti même si tous sont d’accord pour des actions “de réductions concertées de long terme“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter