Mauvais point pour le Champix

Champix.JPGLe Chantix, commercialisé par les laboratoires Pfizer, plus connu en France sous le nom de Champix, vient de faire l’objet d’un rapport accablant de la part de l’Observatoire américain des pratiques médicales, rapporté par le très sérieux Wall Street Journal.

Le Champix est un traitement destiné au sevrage tabagique. L”Institute for safe Medication Practices, organisme non gouvernemental a rendu des conclusions accablantes quant aux effets secondaires associés à la prise de ce médicament.

Déjà soupçonné de donner des idées suicidaires, figurent maintenant dans la liste des effets secondaires des risques d’accidents cardiaques et de diabète. Le laboratoire américain a en effet dénombré près d’un millier “d’incidents sérieux” aux Etats-Unis au cours du 4e trimestre 2007, “soit le nombre le plus élevé jamais rapporté pour un médicament sur une période aussi courte“.

Pfizer a immédiatement fait savoir au Wall Street Journal que les effets secondaires pointés par l’étude en question étaient mentionnés sur la notice du médicament dans la rubrique “effets indésirables rares“.

Un pneumologue conteste le rapport

Dans l’attente de recherches plus poussées, le quotidien rapporte que les autorités américaines de régulation de l’aviation ont d’ores et déjà interdit l’usage du Chantix à ses pilotes et aiguilleurs du ciel.

Interrogé par LCI suite à ses révélations, le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et président de l’Office français de prévention du Tabagisme, conteste les conclusions de ce rapport. Selon lui, “tout médicament présente des effets secondaires, y compris l’aspirine. Par ailleurs, lorsqu’on étudie les effets secondaires d’un médicament , tous les effets sont pris en compte, y compris les jambes cassées”.

Le professeur déplore également le manque de comparaison de ce rapport. En effet, selon lui il apparait évident que “les accidents cardiaques sont beaucoup plus fréquents chez les fumeurs que chez les non-fumeurs“. Il ajoute enfin que “il y a trois fois plus de dépressifs chez les fumeurs qu’au sein de la population générale“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter