Guérilla urbaine dans les rues de Naples

naples.JPGRien ne va plus à Naples. La ville italienne a été le théâtre de nombreux affrontements ce week-end entre la population et les autorités de la ville, toujours et encore sur fond de crise des déchets. Les habitants de la ville ont érigé des barricades de déchets bloquant les rues de la ville, pendant que d’autres continuait d’incendier les tas d’ordures qui jonchent les trottoirs de la ville.

C’est le chaos qui menace a ville de Naples. A trois jours de l’arrivée de Silvio Berlusconi dans la ville, la population excédée ne tient plus et se révolte. Le Préfet de la ville a présidé hier soir une réunion d’urgence consacrée à la sécurité alors que la situation est qualifiée par les autorités de police de “proche de l’émeute”. Le terme de “guérilla urbaine” a également été évoqué.

Au terme de cette réunion, des mesures d’urgence ont été décidées. Ainsi, des trains spéciaux reprendront leur voyage vers l’Allemagne dès aujourd’hui avec à leur bord des tonnes de déchets napolitains. Par ailleurs, en raison des fortes chaleurs que commence à connaitre la région la situation sanitaire devient inquiétante. Ainsi, un numéro d’urgence médicale et la constitution d’un réseau de veille sanitaire ont été mis en place afin de prévenir toute épidémie éventuelle.

L’armée bientôt mobilisée

L’ordre des médecins de la ville avait déjà fait part de ses inquiétudes dans un communiqué où ils manifestaient leur préoccupation face à la multiplication des rats, cafards et des insectes. Ils alertent les autorités face à une situation sanitaire qui, “déjà difficile, menace de devenir dramatique“.

Les rares décharges non saturées de la ville ne peuvent accueillir les déchets en raisons de décisions de justice interdisant la réouverture des sites placés au coeur de quartiers défavorisés. Alors comment Silvio Berlusconi va-t-il s’y prendre pour sortir la ville de la crise comme il s’y est engagé lors de sa campagne? La presse italienne sous-entend qu’il aurait l’intention de recourir largement à l’armée et de garder secret les lieux de stockage des ordures afin d’éviter toute opposition de la population.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter