Réunion sur fond de flambée des prix de l’or noir

Oil_platform.jpegDimanche, lors du Forum international de l’Energie qui se tient à Rome, les compagnies pétrolières, confrontées au nationalisme pétrolier des pays producteurs, et les pays consommateurs, impuissants face à la flambée des cours du pétrole, ont reconnu que leur influence avait diminué.

Les positions relatives des compagnies internationales et des compagnies nationales de l’énergie sont en train de changer, et pas en notre faveur“, a déclaré Paolo Scaroni, PDG du groupe italien Eni.

Dans les années 1970, les compagnies pétrolières internationales contrôlaient près de 75% des réserves pétrolières mondiales et 80% de la production“, a-t-il continué avant d’ajouter qu’aujourd’hui elles ne contrôlent plus que 6% des réserves pétrolières et 24% de la production. Le reste est “aux mains des compagnies nationales“.

Cela ne signifie pas que les compagnies pétrolières internationales ont perdu totalement leur rôle et sont sur le point de disparaître“, mais qu’elles “ont profondément besoin de repenser leur métier afin de survivre“, a précisé le PDG d’Eni.

Une demande qui devrait doubler d’ici 2030

Jeroen van der Veer, PDG de la compagnie anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell, a indiqué que les groupes pétroliers devaient inventer un “nouveau modèle“, basé sur “la technologie” et “la capacité de gérer des projets de grande taille“. Selon lui, le monde aura besoin de toute l’énergie qu’il peut obtenir pour satisfaire la demande qui devrait progresser de plus de 50% d’ici 2030.

En dépit des prix élevés, la demande ne diminue pas, la croissance ne fait que ralentir. Le pétrole et le gaz faciles ne peuvent satisfaire l’ensemble de cette augmentation de la demande“, a-t-il expliqué.

A ce jour, ministres koweïtien et qatari du Pétrole assurent que les marchés pétroliers sont bien approvisionnés. Ainsi, il est peu probable que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) revoit sa production à la hausse.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter