Le “soleil” espagnol part à la conquête des Etats-Unis

solaire_energie_02.jpgSamedi 1er mars 2008 a été inaugurée l’une des plus importantes centrales thermiques du monde, Nevada Solar One, à Boulder City à quelques 50 km au sud de Las Vegas, réalisée par l’entreprise espagnole Acciona. Pas moins de 190 rangées de miroirs inondent le désert de leur transparence sur un peu plus d’un kilomètre. Cette énorme centrale fonctionne en réalité depuis juillet 2007 mais les températures excessivement élevées dans la région ont retardé l’inauguration jusqu’à ce mois-ci.

L’acteur Ed Begley, par ailleurs engagé dans le “combat” écologique et présidant la cérémonie, souligna l’importance historique, scientifique et écologique de la plus importante centrale édifiée depuis seize ans. Et si les deux centrales les plus puissantes encore aujourd’hui (une production de 80 MW par an) se trouvent dans le désert californien de Mojave, ces dernières, édifiées déjà il y a plus de quinze ans, sont techniquement quasi obsolètes.

La centrale ne produira pas moins de 64 MW par an, énergie distribuée à plus de 14.000 familles, et représente un investissement de 220 millions d’euros, somme gargantuesque que l’entreprise Acciona déclare en réalité rentable à long terme puisque celle-ci prévoit déjà de construire d’autres centrales de ce type d’ici 2009. Rajendra Pachauri, président du GIEC (Groupes d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et qui aux côtés d’Al Gore a reçu en 2007 le prix Nobel de la Paix, s’est exprimé lors de l’inauguration par vidéoconférence : “Cette centrale marque encore une fois la transition vers le nouveau modèle énergétique dont nous avons besoin afin de réduire les émissions provoquant un changement climatique“.

L’énergie naturelle ingénieusement exploitée se révèle encore une fois être la meilleure des solutions. Ainsi, ces miroirs incurvés concentrent les radiations solaires reçues qui, du fait d’une concentration de chaleur élevée, produisent de la vapeur d’eau qui fait fonctionner les turbines, comme dans les centrales thermiques traditionnelles de gaz ou de charbon.

Brillant exemple d’une entreprise, espagnole de surcroît, qui semble avoir parfaitement compris que technologie et écologie ne sont pas antithétiques, bien au contraire. Grâce à cette centrale, 134.000 tonnes de CO2 seront économisées chaque année. L’investissement dans de tels équipements est donc à présent nécessaire, et Acciona attend avec impatience l’issue des prochaines élections sur le territoire nord-américain afin de pouvoir donner l’impulsion définitive à de telles initiatives.

BE Espagne numéro 69 (8/04/2008) – Ambassade de France en Espagne / ADIT
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53870.htm

  • facebook
  • googleplus
  • twitter