Les variations d’un gène impliqués dans l’asthme

adn.jpgDes chercheurs américains ont mis en évidence la variation d’un gène qui pourrait avoir une influence sur le déclenchement de l’asthme.

Dr Carole Ober, professeur de génétique humaine à la faculté de médecine de l’Université de Chicago (Illinois, nord des Etats-Unis) et principal auteur de cette étude qui paraîtra dans le “New England Journal Of Medicine” du 17 avril a expliqué que les variations du gène CHI3L1 pouvaient soit accroître ou réduire le risque de souffrir d’asthme en augmentant ou en diminuant la teneur de la protéine YKL-40, un bio-marqueur de cette maladie.

La découverte a été faite suite à une étude menée sur une population génétiquement isolée, les Hutterites, un groupe d’anabaptises qui a un mode de vie agraire et qui vit dans le Dakota du Sud, à l’ouest des Etats-Unis. Les résultats ont été confirmés dans trois autres groupes de population caucasienne très diverses à Chicago (Illinois, nord des Etats-Unis), à Madisson (Wisconsin, nord des Etats-Unis) et à Freiberg, en Allemagne.

Une “découverte importante”

Cette découverte est importante car elle met en relation la sensibilité à l’asthme à un tout nouveau lien au niveau génétique et des protéines“, a expliqué le Dr Ober. “Il reste encore beaucoup à découvrir sur cette relation entre ce gène et l’asthme mais au moins maintenant nous savons où regarder“, a-t-elle a précisé ajoutant qu”une simple et seule variation dans le gène CHI3L1 pourrait être responsable la plus grande partie du risque d’être asthmatique“.

Selon le Dr Ober, cette découverte pourrait déboucher à la mise au point de nouveaux médicaments. Chez certaines personnes, la sévérité de l’asthme pourrait être réduite en bloquant la protéine YKL-40, a-t-elle précisé.

Selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), aux Etats-Unis, plus de 22 millions de personnes souffrent d’asthme dont 6,5 millions d’enfants âgés de moins de 18 ans.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter