Une campagne de sensibilisation aux TMS

TMS_campagne.jpgXavier Bertrand, ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité, a lancé une grande campagne de sensibilisation à destination des entreprises, des salariés et des professionnels de santé. Intitulée “TMS, parlons-en pour les faire reculer”, elle est diffusée depuis hier à la télévision et dans la presse écrite.

Si un quart des travailleurs européens se plaint de maux de dos et 23 % de douleurs musculaires, les troubles musculo-squelettiques (TMS) restent pourtant sous-estimées et méconnues.

Conditions de travail (intensification du travail, gestes et postures difficiles, pénibilité, flux tendu…), facteurs biomécaniques (travail en force, gestes répétitifs à cadence élevée, positions pénibles, postures prolongées, maniement de charges lourdes, vibrations, froid…) ou une mauvaise ergonomie du poste de travail (siège et clavier mal placés) peuvent être responsables de troubles musculo-squelettiques qui peuvent se traduire par des tendinites de l’épaule et du coude, douleurs au poignet, lombalgies…

“Un coût humain, social et économique”

Xavier Bertrand a précisé que les TMS, qui touchent tous les secteurs d’activité, ont “un coût humain, social et économique“. Selon l’assurance maladie, en 2006, 32.500 cas de TMS ont été indemnisés comme maladies professionnelles. Cette année là, les TMS ont représenté 7 millions de journées de travail perdues, soit 710 millions d’euros de frais couverts par les cotisations des entreprises.

> Pour en savoir + : Les TMS

  • facebook
  • googleplus
  • twitter