Contenir le réchauffement de la planète

soleil_fusion.jpgMario Molina, lauréat du prix Nobel de chimie en 1995, a prévenu samedi qu’un réchauffement de la planète supérieur à 2,5°C aurait des “conséquences presque irréversibles”.

Il y a un changement et il ne fait aucun doute qu’il résulte des activités humaines“, a déclaré le chercheur mexicain précisant que “bien avant qu’on n’ait plus de pétrole, on n’aura plus d’atmosphère“.

Lors d’un débat sur le changement climatique organisé à l’occasion de la réunion annuelle à Miami de la Banque de développement inter-américaine, Mario Molina a indiqué que certains “points de basculement” pourraient être atteints si les températures continuaient à augmenter.

Il a expliqué à Reuters qu’il y avait une grande incertitude concernant le réchauffement que la planète peut encore supporter avant que la situation ne devienne critique. Selon lui, “la température peut bien changer progressivement, la situation peut changer d’un seul coup, brutalement“.

Maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C

Essayer de maintenir (le réchauffement) sous la barre des deux degrés (Celsius) signifie que nous voulons limiter le changement à deux ou trois fois ce qui s’est déjà produit. Parce qu’un changement moindre est irréaliste, en raison de ce que nous avons déjà fait“, a-t-il ajouté.

L’idée consistant à contenir le changement climatique en-dessous de 2,5 (degrés Celsius) vise précisément à réduire la possibilité d’atteindre ces points de basculement“. Selon lui, un réchauffement dépassant ce seuil représenterait “un risque qui n’est pas acceptable pour la société“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter