Méditerranée : pas de pitié pour les pollueurs

Degazage_en_mer.JPGLe tribunal correctionnel de Marseille a requis hier une amende de 630.000 euros contre l’armateur et le capitaine du Wine Trader, navire battant pavillon portuguais soupçonné de dégazage sauvage au large de Saint Mandrier dans le Var.

Le 21 mai 2003, le Wine Trader avait été surpris par un avion de la marine nationale avec une nappe d’hydrocarbures de 9km de long et 50m de large dans son sillage. Dans le cadre du jugement qui n’intervient que 5 ans après les faits, le tribunal correctionnel de Marseille a donc requis 630.000 euros d’amende contre l’armateur et le capitaine du navire. Il a également été requis contre ce dernier une peine de prison de douze mois.

Dans la même matinée, une affaire similaire a également été jugée. Ainsi, une amende de 300.000 euros a été requise contre le vraquier italien “Praiano” pris en flagrant délit de rejet d’huile d’olive au large de l’île de Porquerolles dans le Var, en février 2005.

“Une dimension pédagogique”

Cinq associations, dont la “Ligue de protection des oiseaux” ou “Les jardiniers de la mer”, s’étaient portées parties civiles dans ces affaires auxquelles le procureur, Jean-Luc Blachon, a souhaité donner une dimension “pédagogique”. Dans les deux affaires, le tribunal a mis son jugement en délibéré au 28 mai.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter