La polémique Yucca Mountain

Yucca_Mountain.JPGA une heure et demi de route de Las Vegas, à Yucca Mountain, dans le Nevada, l’ouverture d’un futur site de stockage des déchets radioactifs américains créé la polémique et divise l’Etat.

Dans son édition d’hier, “Le Monde” a enquêté sur ce futur site de stockage des déchets radioactifs américains et sur la polémique qui l’entourent. Le gouvernement fédéral a donc choisi le site de Yucca Mountain, une montagne volcanique à une heure et demi de route de Las Vegas pour enfouir le combustible généré par la centaine de centrales nucléaires du pays, ainsi que les déchets issus des activités militaires.

Allen Benson, le directeur des affaires extérieures de l’office chargé de la gestion des déchets radioactifs américains, explique dans le quotidien français que “l’objectif est de les isoles de manière permanente. Il faut qu’après quelques centaines d’années, on puisse fermer le site et le laisser sans surveillance“. Quant au choix de Yucca Mountain, le site a été sélectionné pour son éloignement de toute zone habitable. Les déchets seront ainsi stockés dans 11.000 cylindres recouverts de titane, dans 65 kms de galeries creusées à 300m sous terre au-dessus de la nappe d’eau souterraine.

La loi du pus fort

Cette décision ne fait bien évidemment pas l’unanimité dans la population du Nevada. Selon Steve Frishman, chargé du dossier pour l’Etat du Nevada, il s’agit d’une décision éminemment politique. “Il y avait un autre site possible au Texas, qui avait 29 élus au Sénat et à la Chambre des représentants, et un dans l’Etat de Washington, qui comptait 18 élus. Nous avions trois élus, et aucun pouvoir“.

Les locaux s’inquiètent principalement de la bonne tenue des cylindres contenant les substances radioactives en raison du passager de l’eau à travers les roches de Yucca Mountain. Autre point d’inquiètude, le transport à travers l’Etat, par route ou voie ferrée, de ces matières dangereuses à travers.

Une extension déjà nécessaire

Cette polémique qui entoure le choix du site de Yucca Mountain retarde donc l’ouverture initialement prévue en 1998. désormais, si le dossier réussit à franchir toutes les barrières, l’ouverture interviendrait en 2020. Mais d’ici là, les déchets américains s’accumulent et il faudrait d’ores et déjà penser à une extension du projet initial.

L’issue interviendra peut-être au lendemain de l’élection présidentielle de novembre prochain. En effet, aussi bien Hillary Clinton que Barack Obama ont affirmé remettre en cause ce projet en cas de victoire. Quant à John Mc Cain, il le soutient.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter