Des régions concernées par la maîtrise des énergies

cicla_tribu.jpgLe Centre d’Information du Cuivre (Cicla) et le bureau d’études thermiques Tribu Energie ont réalisé une étude portant sur les Français et la maîtrise des énergies.

Dans un communiqué, l’organisation professionnelle des producteurs et transformateurs de cuivre et Tribu Energie ont indiqué qu’après avoir examiné 14.000 profils d’internautes, il résulte que “certaines populations, comme les habitants du Grand-Ouest, du Centre ou de la région Rhône-Alpes apparaissent plus concernées“. Si l’ensemble du parc résidentiel préférait les énergies renouvelables domestiques, 62 millions de tonnes de CO2 par an pourraient être économisées.

L’éco-simulateur : un outil online plébiscité.

Le Grenelle de l’environnement fixe un objectif de réduction de la consommation énergétique du parc des logements français par un facteur 4 à l’horizon 2050. Au-delà des moyens financiers et matériels à mettre en ?uvre, la question du comportement et des attitudes sociales face à ces défis est essentielle. Les Français sont-ils prêts à passer le pas ? Depuis un an, le Centre du Cuivre propose à l’adresse www.cuivre.org un “éco-simulateur” qui permet d’évaluer les gains énergétiques et financiers qu’offrent les solutions de chauffage utilisant les énergies renouvelables en maison individuelle. Entre le 1er mars et le 31 décembre 2007, 14.578 simulations complètes ont été effectuées par les internautes à travers la France. Le bureau d’étude Tribu Energie a réalisé une étude à partir des statistiques livrées par l’outil.

Cartographie : les régions les plus concernées

L’étude révèle que les Français résidant à l’Ouest sont les plus sensibles à la thématique des énergies renouvelables et de la maîtrise des énergies dans les logements. A l’Est, les Rhônalpins font également figure de bons élèves.

Dans le détail, les régions Aquitaine, Bretagne, Centre, Pays de la Loire, Rhône-Alpes et Poitou-Charentes sont sur-représentées par rapport à la population française.

Pour les familles, priorité à la rénovation

Les Français les plus concernés sont des familles habitant des logements anciens, donc “énergivores“, et déjà sensibilisées aux problématiques énergétiques, puisque 90% des internautes ayant effectué une simulation avaient déjà réalisé des travaux de rénovation en ce sens (double-vitrages, isolation, etc.).

L’objectif prioritaire affiché par les internautes était de réduire leur facture de chauffage, mais aussi celle d’eau chaude sanitaire.

S’accordant avec les priorités du Grenelle de l’environnement, les Français apparaissent soucieux de la rénovation de leur logement : 77% des simulations effectuées portent sur des maisons existantes. 40% des maisons qui ont fait l’objet d’une simulation ont été construites avant 1975. Or, c’est sur ce type d’habitation que le potentiel d’amélioration est le plus important du point de vue des dépenses énergétiques.

Des technologies éprouvées et efficaces

L’analyse des statistiques issues de l’ensemble des simulations réalisées révèle que la simple pose de panneaux solaires thermiques comme solution d’appoint, pour alimenter le chauffage d’une maison et sa production d’eau chaude, permet de réduire la consommation énergétique annuelle de 35% en moyenne. Une solution combinant géothermie à capteurs horizontaux & chauffe-eau solaire thermique permet quant à elle de diviser la consommation énergétique d’une maison par 5. Cette solution combinée est également celle qui permet de réaliser le plus d’économies : la baisse de la facture énergétique est de l’ordre de 1.100?/an en moyenne.

Gains potentiels à la clé : 1/5ème des objectifs de Kyoto !

Sur l’ensemble des simulations, le gain moyen de rejets de CO2, avec des systèmes de chauffage et d’eau chaude sanitaire basés sur la géothermie et/ou le solaire thermique, s’élève à 3,6 tonnes de CO2 par maison individuelle et par an. Si toutes les maisons individuelles en France mettaient en ?uvre ces solutions (parc estimé à 17,3 millions de pavillons, chiffres INSEE 2007), cela permettrait d’éviter le rejet de 62 millions de tonnes de CO2 par an, soit 1/5ème des objectifs de Kyoto assignés à l’ensemble de l’UE !

  • facebook
  • googleplus
  • twitter