Des contraintes physiques importantes pour les ouvriers du BTP

btp.jpgSelon une étude de la Direction de l’animation et de la recherche des études et des statistiques du ministère du travail (Dares), les ouvriers du bâtiment et des travaux publics sont plus soumis à des contraintes physiques importantes et plus exposés aux produits chimiques que ceux exerçant dans d’autres secteurs.

L’enquête qui s’appuie sur les résultats de l’étude Sumer menée entre 2002 et 2003 auprès de 50.000 salariés, confirme que le BTP est l’un des secteurs les plus touchés par la pénibilité du travail. “Les ouvriers du bâtiment et des travaux publics sont soumis à des contraintes physiques plus importantes que les ouvriers des autres secteurs d’activité“, a indiqué la Dares.

Plus d’un ouvrier de la construction sur trois travaille à l’extérieur plus de 20 heures par semaine et se trouve ainsi exposé aux intempéries. Les couvreurs, les ouvriers des travaux publics et du gros ?uvre sont les plus exposés“.

63% d’entre eux soulèvent des charges au moins 2 heures par semaine et un sur cinq pendant au moins 20 heures. Les ouvriers du gros ?uvre sont particulièrement touchés.

Dans la construction, 19% des ouvriers font des gestes répétitifs, contre 14% dans les autres secteurs. Les plus concernés sont les peintres, et dans une moindre mesure les couvreurs et les ouvriers du gros ?uvre.

Des risques pour la santé

Ces conditions de travail difficiles peuvent être à l’origine de certaines maladies. Ainsi “travailler à genou de façon prolongée peut être à l’origine de l’hygroma du genou, maladie reconnue au tableau des maladies professionnelles“.

Selon l’étude, les ouvriers du BTP “cumulent souvent plusieurs contraintes pour le dos et les articulations des membres supérieurs : 31% en subissent au moins trois, contre 12% des autres ouvriers“.

Certaines contraintes peuvent entraîner des lombalgies, des sciatiques, des tendinites… “Les cumuls de contraintes augmentent la pénibilité du travail et les risques de santé ou d’incapacité de travail des salariés” exerçant dans le BTP. “Ils favorisent notamment les atteintes rhumatologiques des membres supérieurs, inférieurs ou du rachis“.

Plus exposés aux produits chimiques

Dans la construction, 80% des ouvriers sont exposés à au moins un produit chimique, contre 60% dans l’industrie. 17% des ouvriers et 60% des maçons sont exposés au ciment plus de 10 heures par semaine. En plus du ciment, les ouvriers exerçant dans la construction sont en contact avec de nombreux produits cancérigènes tels que les poussières de bois, la silice cristalline, les gaz d’échappement diesel, les goudrons de houille et dérivés, les huiles entières minérales et l’amiante.

Aujourd’hui, encore 3% des ouvriers du BTP sont exposés aux fibres d’amiantes, contre 1% dans les autres secteurs. Les couvreurs sont les plus exposés à la fibre (16%).

  • facebook
  • googleplus
  • twitter