Du progrès dans les maladies nosocomiales

hopital_sante.jpgAlors que les infections nosocomiales touchent chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes et font plus de 4.000 morts par an, le ministère de la santé a publié mercredi le palmarès 2006 des établissements de santé qui luttent le mieux contre les maladies nosocomiales.

Les infections nosocomiales sont les infections contractées dans un établissement de santé. Elles peuvent être directement liées aux soins dispensés au patient (par exemple l’infection sur cathéter) ou simplement survenir lors de l’hospitalisation, indépendamment de tout acte médical (par exemple une épidémie de grippe).

La dernière enquête de prévalence des infections nosocomiales menée en 2006 montre que les infections les plus fréquentes touchent l’appareil urinaire (30 % des infections nosocomiales), les voies respiratoires (la pneumopathie représente 15 % des infections nosocomiales) et le site opératoire (intervention chirurgicale) 14 %.

Le 3e palmarès classe les efforts réalisés pour prévenir et lutter contre les maladies nosocomiales. “La France aujourd’hui se situe dans la bonne moyenne de l’Europe“, a déclaré Roselyne Bachelot, ministre de la santé. En France, le pourcentage de patients infectés est de 4,97%, alors que les résultats européens vont de 4,6 %, en Slovénie, à 9,3 %, en Grèce. Mais, la ministre a précisé qu’il était possible de faire encore mieux.

3e palmarès

Dans la catégorie “Centres hospitaliers régionaux ou universitaires”, arrivent en première place ex-aequo les hôpitaux parisiens Georges-Pompidou et Bichat, suivis de l’Hôtel-Dieu, de Henri-Mondor à Créteil, et de l’Hôpital nord de Marseille. L’hôpital Charles-Richet de Villiers-le-Bel, dans le Val d’Oise obtient la dernière place du classement.

Dans la catégorie “centres hospitaliers de plus de 300 lits”, le Centre hospitalier Victor-Dupouy à Argenteuil, dans le Val d’Oise, suivi du centre médical de Forcilles à Ferolles-Attilly, en Seine-et-Marne sont récompensés pour leurs efforts, alors que les centres hospitaliers de Chinon et de Cayenne sont en bas du palmarès. Pour les centres ayant moins de 300 lits, le centre hospitalier Saint-Philibert à Lomme, dans le Nord obtient la 1ère place, alors que l’hôpital des Trois îlets à la Martinique arrive en dernière position.

Selon “l’Express”, certains établissements ont réalisé des progrès remarquables, parmi lesquels le centre hospitalier de Montreuil, dans le Pas-de-Calais, qui gagne 221 places, l’Hôpital local de Seurre, en Côte d’Or, qui passe de la 292ème à la 9ème place et le centre médical de la Côte d’Opale à Saint-Martin, dans le Pas de Calais, qui en gagnant 271 places arrive à la 6e place.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter