Première filière française de démantèlement de navires

images_6.jpgPar arrêté en date du 23 janvier 2008, la préfecture de la Gironde vient d’autoriser Veolia Propreté à exploiter un centre de démantèlement de navires et de valorisation de matériaux à Bassens, sur le Port Autonome de Bordeaux. Avec ce nouveau site, la France dispose désormais d’un centre d’excellence en matière de déconstruction de navires lui permettant de gérer dans les meilleures conditions environnementales, de sécurité et de transparence, la fin de vie des navires.

Le site a la particularité de comprendre une cale sèche en excellent état permettant le démantèlement de navires de grande taille. Le terrain attenant à la cale sera utilisé pour les opérations de préparation des matières métalliques issues du démantèlement en vue de leur expédition par voie d’eau vers les filières de valorisation. “Contrairement aux opérations à quai (pratique la plus courante de nos jours dans le démantèlement de navires), la cale sèche permet de prévenir toute pollution et de s’affranchir des contraintes de stabilité qui peuvent représenter des risques d’accidents“, affirme Thierry Beheregaray, directeur de Veolia Propreté Aquitaine.

Localement, ce nouveau site signifie le développement d’une activité porteuse d’expertise technique dans les services à l’environnement, la création d’emplois et l’augmentation de l’activité portuaire. C’est pourquoi il a bénéficié, depuis son origine, d’un soutien appuyé des différentes parties prenantes locales (Communes, Région, associations, Port Autonome de Bordeaux,..).

Première solution française au démantèlement

Jérôme Le Conte, Directeur Général de Veolia Propreté France affirme : “Veolia Propreté est fière de proposer une solution française pour le démantèlement des navires qui respecte l’environnement et renforce son implication dans la protection du domaine maritime.”

Il poursuit : “L’obtention du statut ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) pour ce site s’inscrit dans notre volonté d’être l’acteur référent du recyclage et de la gestion des produits en fin de vie, ceci en s’appuyant systématiquement sur les meilleures pratiques environnementales et en respectant le principe de proximité et d’autosuffisance.

Fort de cette nouvelle installation, le port autonome de Bordeaux se positionne comme candidat potentiel au démantèlement du “Clémenceau”.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter