AZF : des associations veulent que Total soit mis en examen

azf_toulouse.JPGSuite à l’explosion de l’usine chimique AZF qui a fait 30 morts et des centaines de blessés, certaines associations de victimes souhaitent que le procès des responsabilités débute le jour du septième anniversaire de la catastrophe, c’est-à-dire le 21 septembre prochain.

Selon “La dépêche du Midi” paru jeudi, seuls deux personnes, l’une physique, l’autre morale, seront renvoyées devant le tribunal correctionnel pour “homicides et blessures involontaires” : Serge Biechlin, l’ancien-directeur de l’usine toulousaine, et la société Grande Paroisse, filiale du groupe Total et propriétaire d’AZF.

La justice n’a pas retenu les infractions au code du travail, notamment le recours massif à la sous-traitance, pas plus que la mise en danger de la vie d’autrui“.

Un non-lieu confirmé

Jeudi, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse a confirmé le non-lieu obtenu par Total dans la procédure engagée par l’association des Familles endeuillées contre le groupe pétrolier pour “entrave à la justice“.

Des associations auraient souhaité que le groupe Total, en tant que personne morale, soit mis en examen. Selon elles, la justice ne s’est pas penchée “sur toute la chaîne des responsabilités de la catastrophe“, provoquée selon le rapport final des experts, par la mise en contact accidentelle dans le hangar 221 d’un mélange explosif.

Si Total a déjà consacré beaucoup d’argent pour rembourser les dégâts matériels et corporels, certaines associations reprochent au groupe pétrolier de “faire traîner certaines procédures notamment celles concernant les petites gens“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter