Le bilan environnemental des biocarburants est mitigé

biocarburant_1.jpgPour la Commission européenne, l’Union européenne devrait fixer des critères plus stricts pour l’utilisation des biocarburants. Selon Bruxelles, le bilan environnemental des biocarburants est moins bon que prévu.

Stavros Dimas, commissaire européen à l’Environnement, a déclaré dans une interview accordée lundi à la BBC que lorsque l’Union européenne a fixé un objectif minimum de 10% de biocarburants dans les transports d’ici à 2020 pour réduire les émissions polluantes, elle a sous-estimé le danger que représente ce développement pour les forêts tropicales et le risque d’augmentation des prix de l’alimentation.

Nous avons vu que les problèmes environnementaux provoqués par les biocarburants et aussi les problèmes sociaux sont plus importants que nous le croyions“, a expliqué Stavros Dimas à la BBC. “Donc, nous devons être très prudents“.

Des impacts négatifs

Pour 17 Organisations non gouvernementales (ONG), dont l’Oxfam et les Amis de la Terre, l’utilisation à large échelle des biocarburants pourrait avoir des impacts très négatifs, notamment pour les pays les plus pauvres.

Selon le commissaire européen à l’Environnement, il faudrait mieux ne pas atteindre les objectifs fixés par l’Union européenne plutôt que de prendre des risques sociaux et environnementaux.

Selon Reuters, ces propos font débat à la Commission européenne qui doit présenter le 23 janvier prochain un projet de directive sur les énergies renouvelables, qui inclut les biocarburants.

“Un objectif de 10% pour les biocarburants”

Ferran Tarradellas, porte-parole pour l’Energie, a affirmé lundi que la Commission européenne s’en tiendrait à un objectif de 10% pour les biocarburants. “Toutefois, nous le ferons certainement d’une manière qui ne provoquera pas de dommages ou en tout cas moins de dommages que si nous utilisions des carburants fossiles pour parvenir à l’objectif“, a-t-il déclaré.

La nécessité de protéger les forêts tropicales et de parvenir à une réduction des émissions polluantes seront prises en compte, a-t-il ajouté. Les biocarburants qui ne respectent pas ces obligations ne seront pas autorisés à être commercialisés dans l’Union européenne.

Pour Stavros Dimas, il faudrait créer un système de certification pour les biocarburants et interdire ceux qui proviennent de l’huile de palme, responsable de la déforestation en Indonésie.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter