Développement durable : l’agglomération de Rouen “se veut exemplaire”

haute_normandie.jpgConcernant le développement durable, la Haute-Normandie est en retard par rapport à d’autres régions qui ont adopté l’agenda 21 il y a déjà quelques années.

Les collectivités de Haute-Normandie sont un peu à la traîne“, a déclaré Anne-Sophie De Besses, chargée de mission à l’Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie (Arehn), au quotidien “Paris-Normandie” paru vendredi.

Rouen et son agglomération ne font pas exception“. L’Agglomération de Rouen, plus avancée que la municipalité, “se veut exemplaire“. Ainsi, elle vient de terminer son diagnostic territorial. “Le diagnostic est un état des lieux du territoire. Il permet d’identifier les enjeux locaux de développement durable, les points sur lesquels nous devons travailler, agir“, a expliqué au quotidien François Zimeray, président de l’Agglomération de Rouen.

Notre agenda 21 va plus en profondeur que dans d’autres communes parce que le diagnostic réalisé est sans concession. C’est ce qui explique que nous ayons pris notre temps. Je veux que l’Agglo de Rouen opère une révolution écologique unique en Europe. Et que Rouen devienne un exemple comme Fribourg“, a-t-il ajouté. “Ainsi, avant d’associer les acteurs du territoire et les citoyens, nous avons choisi de construire une véritable culture du développement durable dans nos services“.

Rouen veut des actions concrètes

De son côté, tout comme l’agglomération, la mairie de Rouen qui vient de choisir le cabinet chargé du diagnostic et du processus Agenda 21, a mis en place une démarche éco-agent (chaque agent s’engage à économiser l’énergie) afin de réduire la consommation globale d’énergie et des carburants des services municipaux.

C’est une première étape importante. Nous préférons prendre notre temps et faire les choses bien. Dans certaines communes, l’agenda 21 a peut-être déjà été adopté mais il ne débouche sur aucune action concrète. Ce n’est qu’un moyen de communication. Nous ne voulons pas ça à Rouen“, a indiqué Laure Leforestier en charge du dossier à la mairie.

Les deux collectivités n’ont néanmoins pas attendu la mise en place de l’Agenda 21 pour réaliser des actions “développement durable“, comme la construction de logements Haute qualité environnementale (HQE), la promotion de l’eau potable ou l’opération de thermographie aérienne pour l’agglomération et la mise en place des vélos en libre-service pour la ville.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter