Pour une communication plus responsable

UDA.JPGC’est ce matin et en présence de Jean-Louis Borloo que l’Union nationale des Annonceurs (UDA) devrait présenter sa première “charte d’engagements des entreprises pour une communication plus responsable”. Le Grenelle de l’environnement continue donc son influence positive.

Cette charte a d’ores et déjà été signée par une vingtaine d’annonceurs parmi les 300 adhérents de l’UDA. C’est notamment le cas des gros comme l’Oréal, Michelin ou encore Kodak, SFR, Coca-Cola….

Parmi les cinq points a respecter, il s’agit d’inscrire chacune de leurs campagnes, médias ou autres, dans le cadre de communication responsable. Ils s’engagent également à inciter les publics auxquels ils s’adressent via leurs campagnes à des comportements responsables. Une démarche en interne est aussi prévue afin de valider en amont les communications avant leur diffusion en externe. On leur demande désormais d’intégrer l’impact environnemental des supports de communication choisis. Enfin, il s’agit d’utiliser avec loyauté les données privées sur les clients finaux dans les démarches marketing et commerciales.

Par ailleurs, l’UDA ne compte pas s’arrêter au niveau national. L’organisation entend bien convaincre la fédération mondiale des annonceurs réunie à Bruxelles demain.

Le BVP aussi

Le Bureau de Vérification de la publicité, le BVP, s’est également réuni hier afin d’adopter de nouvelles règles d’autodiscipline. Cela devrait se faire par la création d’un jury d’experts indépendants, baptisés “jury d’éthique publicitaire”, qui pourrait être saisi par quiconque souhaitant se plaindre d’une campagne publicitaire.

Un second volet concernera le BVP lui-même avec la création en son sein d’un “conseil paritaire de la publicité”, réunissant à parts égales professionnels et associations.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter