BMW investit dans les véhicules à hydrogène

bmw_logo.JPGAprès vingt années de recherche et développement, le groupe automobile allemand BMW a fait tester sa “Série 7” fonctionnant à l’hydrogène à des responsables politiques, “pour les encourager à développer un réseau de distribution de combustible propre”.

Selon le quotidien français “Les Echos” paru hier, La BMW Série 7 à hydrogène, est actuellement présentée en France à des élus et des ambassadeurs, pour développer cette nouvelle filière écologique.

Contrairement à ses concurrents, le groupe allemand s’intéresse depuis longtemps à mettre au point “un système d’alimentation en hydrogène dans une berline à moteur thermique classique, monté en parallèle avec un réservoir d’essence pour pouvoir rouler quoiqu’il arrive“. Actuellement, Ford et Mazda seraient en train de suivre l’exemple de BMW, mais à un stade moins avancé.

Avec sa Série 7, BMW “a le sentiment de se rapprocher du but, même s’il n’est pas encore question de la commercialiser“, a indiqué le quotidien. “C’est la première fois que l’on arrive à faire un système qui tient dans une voiture de série, tout en restant fidèle à notre stratégie premium“, a déclaré le constructeur. En mode hydrogène, la “BMW du futur“, qui n’émet que 5 grammes de CO2 au kilomètre parcouru, a une autonomie de 200 km. En mode essence, elle a une autonomie de plus de 500 km.

Surcoût de 2 000 euros

Nous avons obtenu une technologie fiable, le premier maillon qui permettra à terme de développer une chaîne bouclée“, a indiqué Jean-Michel Vernier, responsable du développement de la fonction hydrogène au siège de Munich. “L’hydrogène sera utilisable lorsque l’on sera à un surcoût à l’achat de 2 000 euros par rapport à l’essence, comme le diesel actuellement“.

BMW va devoir attendre avant de commercialiser sa voiture à hydrogène. En effet, en Allemagne, seulement 8 pompes de ce type, amplement subventionnées, viennent d’être installées. En Californie, 28 pompes à hydrogène ont été installées alors que la France “reste à l’écart du mouvement“. BMW, qui a passé des accords avec les groupes Linde et Total, souhaite que les politiques s’intéressent à l’hydrogène. Selon les experts, “doter les 5 principaux pays européens d’un réseau minimal en hydrogène reviendrait, au bas mot, à 100 milliards d’euros !

Contraintes techniques

La BMW Série 7 “spéciale“, ne fait pas l’unanimité. Pour Pierre Beuzit, ancien directeur de la recherche de Renault, qui travaille notamment sur cette filière, “le rendement de la voiture est assez déplorable, pas meilleur que celui de l’essence. (…) La combustion de l’hydrogène pose problème. Etant brûlé à température élevée, il faut prendre des précautions, en détartrant considérablement le moteur“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter