CO2 : la France serait incapable d’atteindre ses objectifs

GES_1.jpgSelon le quotidien “La Tribune” paru aujourd’hui, il serait peu probable que la France parvienne à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de CO2 d’ici à 2050.

La commission énergie du Centre d’analyse stratégique (ex-Plan) doute des capacités de la France à diviser ses émissions de CO2 par quatre d’ici à 2050. Une division par 2,1 ou 2,4 serait ‘déjà très ambitieuse’“, a indiqué le quotidien financier.

La commission Energie, présidée par Jean Syrota, a remis au Premier ministre début avril 2007 un rapport d’orientation, conformément au calendrier prévu, faisant état des éléments historiques, du diagnostic actuel et des perspectives à moyen terme (à l’horizon 2020) ainsi que des recommandations pour la politique française de l’énergie.

Diviser ses émissions de CO2 par 2,1

Le rapport final, qui doit être publié cette semaine, risque de faire désordre à quelques semaines de la grand-messe du Grenelle de l’environnement“, a ajouté La Tribune. “Si on le croit (le rapport), avec la meilleure volonté du monde, la France pourrait diviser ses émissions de CO2 par 2,1 d’ici à 2050, voire par 2,4. Mais certainement pas par 4, comme la loi énergie du 13 juillet 2005 le préconise“.

Selon les experts qui ont participé à la rédaction du rapport, il serait impossible d’atteindre les objectifs fixés par la France. “A l’horizon 2050, compte tenu des besoins de croissance, il est apparu difficile d’obtenir mieux qu’un facteur 2, sauf à s’engager dans des ruptures technologiques qui n’ont pas été retenues parce qu’elles ont paru peu probables“.

Diminuer les émissions de CO2

Le Centre d’analyse stratégique propose une série de mesures pour diminuer les émissions de CO2. “Les mesures les plus “ambitieuses” visent l’automobile avec la limitation des émissions de CO2 des véhicules neufs à 120g/km d’ici à 2012, ce qui favorise plutôt les constructeurs français“, a indiqué le quotidien. “La vignette devrait être rétablie et proportionnelle aux tonnes de CO2 émises par véhicule“.

Jean Syrota propose “de limiter les avantages fiscaux aux équipements les plus performants comme les chaudières à condensation“, suggère retarder l’investissement dans les biocarburants et de relancer l’hydraulique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter