“Le tourisme contribue au réchauffement” climatique

soleil_01.jpgLundi, à l’occasion d’une réunion internationale à Davos, en Suisse, les agences de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour le tourisme, l’environnement et le climat, ont indiqué que le tourisme mondial contribuait au changement climatique.

Organisée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), cette conférence a réunit pendant 3 jours 450 représentants des gouvernements, des milieux touristiques, scientifiques, de protection de l’environnement, ainsi que le Forum économique mondial et l’Organisation météorologique mondiale.

Selon un rapport présenté par les agences de l’ONU pour le tourisme, l’environnement et le climat à Davos, si aucune mesure n’est prise, l’impact du tourisme sur le changement climatique devrait augmenter de 150% dans les 30 prochaines années.

Le secteur touristique doit faire face au défi du changement climatique, alors qu’il contribue lui-même aux émissions de gaz à effet de serre“, a déclaré Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement.

1,5 milliard de voyages en 2020

Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), l’année dernière il y a eu environ 842 millions de voyages dans le monde. En 2020, il devrait y en avoir 1,5 milliard. Or, les transports, le logement ainsi que les autres activités touristiques contribuent à hauteur de 4 à 6 % du total des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Facteur de croissance indispensable à l’économie mondiale, le tourisme contribue pour une part importante au réchauffement climatique. (…) Faute de contre-mesure, cette part croîtra de façon disproportionnée par rapport à d’autres secteurs, en raison de la forte croissance du tourisme“, a indiqué Eric Scheidegger, directeur-adjoint du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). “Plus le voyage est long et le séjour bref, plus l’effet de serre est prononcé“.

Mesures immédiates

Francesco Frangialli, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme, a indiqué que même si les conséquences du tourisme sur l’environnement ne sont pas les plus importantes, le secteur et les autorités devraient quand même prendre des mesures immédiates.

C’est à une révolution, non seulement économique et technologique, mais aussi culturelle, que le changement climatique appelle le monde du tourisme. (…) Les Alpes suisses ont souffert cet hiver du manque de neige et ce n’est pas par hasard“, a indiqué le secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme. “Le tourisme contribue au réchauffement en même temps qu’il en est victime“.

La rencontre de Davos doit préparer une réunion ministérielle sur le tourisme et le climat prévue à Londres au mois de novembre.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter