Une “écoredevance” pour les véhicules polluants

autoroute_transport.jpgHier soir, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, le groupe de travail “Lutter contre les changements climatiques et maîtriser l’énergie” a rendu son rapport qui envisage que les automobilistes et les transporteurs routiers changent leurs comportements et payent davantage.

Selon le quotidien économique “Les Echos” paru aujourd’hui, le groupe aurait proposé une vingtaine de mesures, destinées à “favoriser le transfert de la route vers des modes alternatifs et trouver des modes de financement pour développer de nouveaux programmes d’infrastructures (ferroviaire, transports collectifs)“. Ces mesures devraient inciter les transporteurs routiers et les conducteurs de voitures de tourisme “à changer leur comportement et payer davantage“.

Pénaliser les poids-lourds et les véhicules polluants

Suivant le principe de pollueur-payeur, le groupe de travail aurait proposé que les poids lourds soient soumis à une “écoredevance” kilométrique et que les véhicules polluants soient pénalisés par une “écopastille“. Cette dernière serait appliquée annuellement à toutes les automobiles qui rejettent plus de 140g de CO2 par kilomètre. Les véhicules les plus polluants comme les monospaces, berlines familiales ou 4×4, seraient ainsi sanctionnés financièrement. Par contre, les moins polluants pourraient bénéficier d’une prime ou d’un crédit d’impôts.

Il serait également envisagé que la vitesse soit réduite 10 km/heure sur l’ensemble du réseau routier français. Ainsi, la vitesse serait limitée à 120km/h sur autoroute, 100 km/h sur voie express et 80 km/h sur les nationales et départementales. La France adopterait alors les mêmes limitations de vitesse que les autres pays européens, exception faite de l’Allemagne et l’Autriche.

1 milliard d’euros d'”écoredevance”

Il serait estimé que l'”écoredevance“, proportionnelle au nombre de kilomètres parcourus par les poids lourds sur les grands axes, rapporterait à l’Etat français près d’un milliard d’euros par an. Le rapport souhaiterait que ces taxes collectées soient consacrées au développement des transports alternatifs à la route ou au développement des transports en communs.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter