Premier coup de pioche pour une tour solaire expérimentale unique au monde

allemagne.jpgLe lancement des travaux de construction d’une tour solaire thermoélectrique de recherche unique en son genre a été inauguré à Jülich le 31 août 2007 par le secrétaire d’Etat parlementaire au Ministère de l’environnement, Michael Müller (SPD).

Elément clef de cette centrale électrique innovante, le récepteur solaire a été développé et breveté par le centre de recherche aérospatiale allemand (DLR). Cette installation de recherche et de démonstration doit servir de base pour le développement d’une technologie d’avenir : “La technologie innovante qui doit être testée ici à Jülich, est unique au monde. Son développement doit servir à des applications dans les pays du sud à fort ensoleillement. C’est ainsi que l’on consolidera l’avance allemande dans la production thermoélectrique solaire“, a déclaré le secrétaire d’Etat.

Couvrant une surface au sol d’environ 16 ha (l’équivalent de 3 terrains de football) et totalisant une surface réfléchissante de près de 20 000 mètres carrés, l’installation expérimentale se présente sous la forme de 2 500 héliostats qui renvoient et concentrent le rayonnement solaire sur un récepteur de 22 mètres carrés placé au sommet d’une tour de 50 mètres de haut.

Ce récepteur est constitué d’éléments céramiques poreux. En circulant à travers ces éléments céramiques, l’air environnant se réchauffe jusqu’à atteindre une température d’environ 700°C. Cette chaleur est ensuite transférée à une chaudière de récupération, où l’eau qu’elle contient est alors transformée en vapeur. Cette vapeur actionne une turbine, convertissant ainsi l’énergie thermique en courant électrique. En fonctionnement nominal, la centrale fournira une puissance de 1,5 MWe. Un accumulateur de chaleur servira à palier aux aléas du rayonnement solaire (lors du passage de nuages) pour assurer une production d’électricité moins fluctuante. Au total, 1 000 MWhe devraient ainsi être produits chaque année et injectés sur le réseau électrique.

La tour expérimentale sera l’occasion inédite de tester, démontrer et optimiser une nouvelle technologie allemande. Les résultats de cette expérimentation doivent servir de référence aux futurs projets commerciaux sur les marchés du sud de l’Europe et de l’Afrique du Nord, zones géographiques où réside le plus gros potentiel des centrales solaires thermiques.

La mise en service est prévue pour la fin 2008, suivie de deux ans de fonctionnement expérimental. A la fin du projet, la tour continuera à être exploitée pour la production d’électricité solaire. En vue d’améliorer continuellement la compétitivité de cette technologie, le projet s’accompagnera d’un programme de recherche de plusieurs années au cours desquelles seront développées diverses méthodes d’optimisation (exemple : modèle informatique dynamique de l’installation pour une optimisation en temps réel).

Le projet, d’un coût total de 23 millions d’euros, est cofinancé par le Ministère fédéral de l’environnement (BMU) à hauteur de 4,1 millions d’euros. Depuis 2001, 36 millions d’euros ont été alloués par le BMU pour le financement de projets dans le domaine de l’énergie solaire.

BE Allemagne numéro 351 (6/09/2007) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/50814.htm

  • facebook
  • googleplus
  • twitter