Côte d’Ivoire : Grand-Lahou est menacé

cote_divoire.jpgLe village du Grand-Lahou, situé sur la Côte de Marfil, est en train de disparaître à cause du changement climatique qui élève le niveau des mers.

En plus de l’élévation du niveau de la mer, Grand-Lahou fait face au problème de l’érosion marine. Les habitants de cette région critiquent le fait que les autorités du pays n’ont pas adopté de mesures pour combattre ce phénomène. Situé dans le parc national d’Asagny, à 100 kilomètres à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays, Grand-Lahou est localisé dans l’embouchure du fleuve Bandama, près de la lagune Ebrie.

Il y a une vingtaine d’années, près d’un kilomètre de plage et de cocotiers séparait la mer du centre de Grand-Lahou. Aujourd’hui, la mer a rejoint la ville. “C‘est une grande désolation de voir le cimetière de nos parents partir dans la mer“, a déclaré Arsène Assouan Usher, maire de Grand-Lahou et ancien ministre ivoirien des Affaires étrangères.

La ville est en train de disparaître

La ville, bâtie sur une bande de terre entre l’océan et la lagune, disparaît peu à peu sous les eaux. Selon les estimations, Grand-Lahou pourrait disparaître d’ici dix ans. “Le réchauffement de la planète fait déjà des désastres. La montée de la mer menace dangereusement nos côtes par l’érosion, comme à Grand-Lahou“, a déploré Daniel Aka Ahizi, le ministre ivoirien de l’Environnement.

Selon le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (Giec), la montée des eaux du Golfe de Guinée pourrait coûter 15% du produit intérieur brut (PIB) aux pays côtiers. Si l’Etat prenait, des mesures préventives, il n’en coûterait que 5 à 10%. De telles mesures pourraient être prises à Grand-Lahou, a expliqué Kopieu Gouganou, responsable d’une cellule gouvernementale de réflexion sur l’espace lagunaire, “mais cela est très coûteux, surtout en période de crise“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter