Limiter l’augmentation des températures à 1,5°C aurait un fort impact sur les futures vagues de chaleur extrême

Si nous parvenons à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, à quoi ressembleront les futures vagues de chaleur? Étudié avec un modèle global de très haute résolution, il s’avère que cela fait une énorme différence si le réchauffement climatique est maintenu à 2 ° C ou 1,5 ° C.

Une étude internationale portée notamment par l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués (IIASA) a dévoilé comment seront impactées les populations en fonction du niveau de réchauffement climatique.

Les résultats du modèle ont été utilisés pour calculer un indice de l’amplitude des vagues qui tient compte à la fois de la durée et de l’intensité des vagues de chaleur. Plus cet indice est élevé, plus la canicule est extrême.

Trois types de vagues de chaleur ont été distingués : des vagues de chaleur sévères, extrêmes et exceptionnelles. Ces types de canicules correspondent plus ou moins aux vagues de chaleur des Balkans (2007), de France (2003) et de Russie (2010). Toutes ces vagues de chaleur ont conduit à une augmentation de la mortalité.

Deux scénarios

Avec un réchauffement de la planète de 1,5 ° C, une augmentation significative de la magnitude des vagues de chaleur est attendue en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est. Les conditions climatiques mortelles liées à la chaleur devraient augmenter dans la plupart des pays en développement tropicaux. Les vagues de chaleur deviendront à la fois plus intenses et plus fréquentes. Il faut savoir que nous avons déjà atteint près des deux tiers de ce réchauffement global de 1,5 ° C.

Avec un réchauffement climatique de 2 ° C, la plupart des pays tropicaux subiront de fortes vagues de chaleur au moins une fois tous les cinq ans. L’augmentation du réchauffement climatique de 1,5 ° C à 2 ° C doublera la fréquence des vagues de chaleur extrêmes sur la plus grande partie du globe, y compris la plupart des pays tropicaux, les États continentaux des États-Unis et les pays méditerranéens.

Des vagues de chaleur exceptionnelles, d’une ampleur similaire ou supérieure à celle de la Russie 2010, devraient se produire, en particulier dans les régions particulièrement vulnérables au changement climatique, telles que l’Algérie, la Corne de l’Afrique et le golfe Persique.

Ces régions ont été identifiées comme des « points chauds » critiques pour l’habitabilité humaine future, en raison des températures extrêmes. En effet, des vagues de chaleur exceptionnelles se produiront dans certaines zones où elles ne se produiraient pas avec un réchauffement de 1,5 ° C. En particulier, 10% des terres au-dessus de l’Afrique de l’Est et de l’Asie du Sud-Est seront affectées par des vagues de chaleur exceptionnelles au moins une fois tous les 20 ans.

Impact sur la population

À un réchauffement climatique de 1,5 ° C, 14% de la population mondiale sera exposée à de fortes vagues de chaleur au moins une fois tous les 5 ans et environ la moitié de la population mondiale au moins une fois tous les 20 ans. Ces fractions augmentent fortement à 37% (tous les 5 ans) et à 71% (tous les 20 ans), respectivement, lorsque le réchauffement de la planète passe de 1,5 ° C à 2 ° C.

Le nombre de personnes exposées aux vagues de chaleur extrêmes tous les 20 ans passera de 9% à 28% lorsque le réchauffement climatique augmentera de 1,5 ° C à 2 ° C, ce qui correspond à une augmentation d’environ 1,4 milliard de personnes.

À un réchauffement climatique de 2 ° C, 8% de la population mondiale pourrait être frappée par des vagues de chaleur exceptionnelles au moins une fois tous les 50 ans. Cela correspond à environ 452 millions de personnes de plus que dans un monde à 1,5 ° C. Ces personnes sont principalement situées dans des pays en développement tels que la Corne de l’Afrique, la région du Golfe de Guinée, l’Indonésie et les régions côtières de l’Amérique du Sud, du Venezuela au Brésil.

Par rapport au réchauffement de 2 ° C, limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C entraînera environ 1,7 milliard de personnes de moins (tous les 5 ans) exposées à de fortes chaleurs, et 420 millions et 65 millions de personnes de moins exposées aux vagues chaleurs respectivement extrêmes et exceptionnelles.

Cette étude montre que la mise en œuvre de stratégies d’atténuation ambitieuses pour limiter le réchauffement à moins de 2 ° C ou même 1,5 ° C réduirait considérablement l’exposition aux événements extrêmes liés à la température. De plus, cela réduira considérablement la probabilité d’occurrence de vagues de chaleur exceptionnelles, avec une amplitude similaire ou supérieure à celle qui a été observée en Russie en 2010.

Cependant, les auteurs de cette étude ne sont pas très optimistes quant à la réalisation des objectifs de l’accord de Paris. Selon la tendance actuelle des émissions de gaz à effet de serre, même l’objectif de 2 ° C est trop optimiste. Dans ce cas, concluent-ils, leur étude est utile pour identifier les régions où les options d’adaptation sont le plus fortement et le plus urgemment nécessaires.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM