Le cargo électrique, l’avenir du transport maritime ?

Le transport maritime constitue à lui seul 90% du trafic généré par le transport de marchandises, et représente un fléau en termes de pollution puisque chacun de ces géants marins pollue autant qu’un million de voitures. Une société hollandaise a travaillé sur un prototype électrique, qui prendra le large en août 2018.

Après la voiture électrique, le vélo électrique, le camion électrique, arrive le cargo électrique.

La société néerlandaise Port-Liner a voulu s’attaquer à un gros pollueur, le transport de marchandises qui transitent par la mer. La pollution liée à ce transport serait plus importante que celle produite par le transport routier. Elle a alors décidé de concevoir un porte-conteneurs électrique, le « bateau Tesla ».

Un cargo 100% électrique

Ce monstre des mers sera silencieux et aura le mérite de ne produire aucune émission de CO2. Il sera propulsé grâce à l’électricité contenue dans ses batteries. Ces dernières pourront être rechargées à terre et seront dotées d’une autonomie comprise en 15 et 35 heures, selon la taille du bateau et de son chargement.

Les batteries seront chargées par de l’électricité propre, puisque la société Port-Liner fait appel au fournisseur d’énergie sans carbone Eneco, qui fournit de l’énergie grâce à ses panneaux solaires, son parc éolien et les énergies renouvelables.

Le design du bateau a été fait en collaboration avec le cabinet d’architecture Omega Architects. L’entreprise a reçu des aides de l’ordre de 7 millions de la part de l’Union européenne. Le budget est estimé à 100 millions d’euros.

Deux modèles sont à l’étude. Un petit porte-conteneurs d’une longueur de 52 mètres et d’une largeur de 6,7 mètres. Il aura la capacité de transporter 24 conteneurs. Le second bateau mesurera quant à lui 110 mètres de long pour 11,4 mètres de large et accueillera jusqu’à 270 conteneurs.

Tom van Meegen, le PDG de la société Port-Liner confiait à The Loadstar ses ambitions « Il y a quelque 7 300 bateaux de navigation intérieure en Europe et plus de 5 000 d’entre eux sont la propriété d’entrepreneurs en Belgique et aux Pays-Bas. Nous pouvons en construire jusqu’à 500 par an, mais à ce rythme, il faudrait environ 50 ans pour que l’industrie fonctionne sur l’énergie verte ».

 Vers une transformation du transport maritime ?

Ce projet qui va amener Port-Liner à produire pour le moment sept bateaux, devrait se déployer sur les canaux néerlandais, entre les ports d’Amsterdam, d’Antwerp et de Rotterdam. Cela permettrait d’économiser la circulation de 23 000 camions sur les routes hollandaises, réduisant la part des émissions de gaz à effet de serre.

En Chine, un autre cargo électrique a été inauguré à Canton en novembre dernier. Son autonomie est de 80 kilomètres et sa capacité peut atteindre les 2 000 tonnes.

La société Guangzhou Shipyard International Company Ltd, qui a conçu ce bateau souhaite maintenant s’attaquer au marché maritime du transport de personnes.

En Norvège, Yara International a conçu également son cargo électrique et autonome.

Un marché qui se développe, et qui pourrait permettre de diminuer le nombre de décès par an lié à la pollution du transport maritime. Il est évalué à 60 000 personnes en Europe.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM