Accueil / Actualité / Energie / Energie : la Caisse des Dépôts délaisse le solaire

Energie : la Caisse des Dépôts délaisse le solaire

A l’occasion de la signature d’une nouvelle convention d’efficacité énergétique avec l’Etat, la Caisse des Dépôts vient d’annoncer une évolution de sa stratégie d’investissement dans les énergies renouvelables. Son directeur général Augustin de Romanet entend orienter davantage ses nouveaux investissements dans la filière biomasse,  la géothermie, ou encore dans l’éolien marin.

Au titre de cette convention, la Caisse des Dépôts concentrera ses efforts sur les territoires en arbitrant notamment ses investissements notamment au détriment de la filière solaire. La banque publique accompagnera les collectivités territoriales et les bailleurs sociaux dans leurs démarches d’efficacité énergétique, notamment par un investissement dans les partenariats publics-privés et des éco-prêts pour la rénovation thermique des logements sociaux.

Par ailleurs, la banque soutiendra le développement des petites et moyennes entreprises du secteur de l’énergie, avec l’objectif de structurer des filières industrielles françaises compétitives ; elle soutiendra notamment le développement économique local associé au déploiement de l’éolien en mer (immobilier, formation…). Dans le même temps, elle appuiera l’émergence de l’économie du changement climatique et le développement d’outils de pilotage de ses émissions de gaz à effet de serre et de sa consommation d’énergie.

Des investissements en baisse

Enfin, la Caisse des Dépôts consacrera plus de 135 millions d’euros aux investissements dans la production d’énergie renouvelable sur la période 2011-2013, devant contribuer à la réalisation de 500 MW de capacités nouvelles de production. Les investissements seront diversifiés en accentuant l’implication dans la filière biomasse, dont les retombées territoriales sont importantes précise la convention.

La Caisse des Dépôts réduira donc la voilure dans les énergies renouvelables. Pour rappel, depuis 3 ans, la banque avait investi 154 millions d’euros représentant 542 MW de puissance dont 43 % éolien, 35 % photovoltaïque, 12 % biomasse et 10 % microhydraulique, soit l’équivalent de 250.000 foyers. La Caisse des Dépôts entend également investir dans des projets 100 % thermiques (à partir de biomasse et de géothermie) ou sur les premières réalisations de certaines technologies émergentes (énergies marines et éolien en mer).

« La biomasse, l’éolien, la micro-hydraulique, le photovoltaïque,… sont le pétrole vert des départements ruraux. Avec la Caisse des Dépôts nous intervenons en investisseur pour soutenir les projets dans les départements à fort potentiel qui sont souvent aussi ceux à plus faible activité économique. Au total c’est près de 300 M€ qui seront consacrés entre 2008 et 2013 aux investissements de production des énergies renouvelables dans les territoires. » a souligné Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie.

  • http://businessdailyreview.com/ business daily

    Le Fonds national d’amorçage a vocation à renforcer les fonds d’investissement intervenant à l’amorçage, afin d’améliorer le financement en fonds propres des petites et moyennes entreprises innovantes, notamment celles qui se créent dans les secteurs technologiques prioritaires définis par la stratégie nationale pour la recherche et l’innovation (SNRI) : la santé, l’alimentation et les biotechnologies, l’information, la communication et les nanotechnologies, l’urgence environnementale et les écotechnologies. En application de loi n° 2010-237 du 9 mars 2010 de finances rectificative pour 2010, le Fonds national d’amorçage sera constitué sous la forme d’un fonds commun de placement à risques (FCPR). En application de la loi susmentionnée et après avis favorable de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, il a été décidé de confier la gestion du Fonds national d’amorçage à la Caisse des dépôts et consignations, étant entendu que la Caisse des dépôts et consignations réalisera sa mission avec sa filiale CDC Entreprises, société de gestion agréée par l’AMF.

  • http://www.scoop.it/t/green-economic-development-and-social-changes Jon

    Attention ! ni bio masse ni géothermie ne sont réellement renouvelables… Il y a des considérations temporelles à prendre en compte pour le renouvellement des stocks