Santé : les inégalités frappent dès la maternelle

  • par Pierre Robert
  • 13/09/2011
  • Santé
  • 3

Nous sommes tous égaux, mais certains plus que d’autres ! Et cette égalité de façade se fissure très vite, dès la maternelle. Les enfants résidant dans l’Est et le Nord de la France souffrent ainsi plus d’obésité et de caries que dans le reste du pays.

Selon les résultats de l’enquête menée auprès de plus de 23 000 enfants de 5 à 6 ans, scolarisés en grande section de maternelle en 2005-2006, et publiée dans Bulletin épidémiologique hebdomadaire, si la surcharge pondérale recule globalement en France, sa prévalence passant de 14 à 12% en 5 ans, la situation reste très différente selon les académies mais aussi les sexes.

Concrètement, l’obésité touche toujours plus les filles que les garçons. Ainsi, 14 % des filles sont concernées par une surcharge pondérale, contre 10 % des garçons. Sur le plan géographique, on rencontre beaucoup plus d’enfants obèses dans le Nord et l’Est, qu’à l’Ouest du pays.

Forte obésité enfantine aux Antilles et en Guyane

Si l’académie de Strasbourg enregistre un triste record de 15,3% d’enfants obèses, des villes comme Rennes ou Nantes avec 6,6 % connaissent des chiffres relativement bas. Conséquence de styles de vie différents et d’alimentations mal adaptées, cette obésité enfantine se rencontre par exemple fréquemment aux Antilles et en Guyane (18 %).

Plus largement, cette surcharge pondérale concerne plus les académies du Nord et de l’Est de l’hexagone. On constate dans ces régions une surconsommation des boissons sucrées chez les enfants, qui sont 40% à en boire quotidiennement à Lille et 40% à Strasbourg. A l’inverse, ils ne sont que 14% à en consommer tous les jours en Corse, 18% à Nice, et 19% à Bordeaux, le Sud de la France se montrant beaucoup plus mesuré dans ce domaine.

Et ces inégalités ne se limitent aux problèmes de poids. Elles frappent aussi le style de vie des enfants qui passent plus de 3 heures devant la télévision ou les jeux vidéo, les jours sans école, dans le Nord et l’Est, et dans les DOM en général, que dans le reste du pays.

Plus d’enfants asthmatiques dans l’Ouest

S’agissant de la santé dentaire des enfants, les académies du Nord et de l’Est de l’hexagone sont également les moins bien lotis. Dans ce domaine, les enfants de La Réunion affichent le plus de problèmes, un quart des petits réunionnais ayant au moins 2 dents cariées.

Enfin, si la façade Ouest du pays s’avère globalement plutôt favorisée, elle enregistre cependant une spécificité dont elle se passerait bien. Les régions de l’Ouest connaissent depuis de nombreuses années, un pourcentage anormalement élevé d’enfants asthmatiques.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • patrick

    egalite…..pas de tetes qui depassent…..tout le monde au meme niveau….de preference le plus bas possible
    les freres Goncourt a propos de l egalite si cher a ce bon peuple de goche….

    l egalite c est la plus honteuse des injustices….je partage totalement
    c

  • walter

    Vous vous moquez du monde avec votre article il y a quarante ans il n’y avait pas ce genre de problème, de puis l’ultra libéralisme, mondialisation, capitalisme à tout va avec ces consommations et la bouffe dégueulasse qu’ils vendent nous y arrivons, regardez les Etats-Unis, ce sont essentiellement les salaires modestes ou pauvre qui ont ce genre de problème et ce n’est pas fini avec l’OGM et vous allez voir en 2015 avec le traité de Lisbonne signé par la gauche et la droite donnant sur une vie à l’américain en France et en Europe (transatlantique) ça va être un désastre. Mais avec votre découpage de la France je me doute bien que tout cela vous le savez et que votre article et hypocrite.

  • Durieu

    Je ne vois pas où est l’inégalité ! Il s’agit juste d’habitudes alimentaires régionales ! Viande, frite et soda dans le nord, charcuterie frite et soda en Alsace… Arrêtez la viande et mangez des légumes et tout ira bien. Mes revenus sont en dessous du seuil de pauvreté (suivant les critères français !), mais à 54 ans je fais le même poids qu’à 16. Ce n’est pas une question d’argent. Apprenons à nos enfants que l’on peut vivre sans viande et ils se porterons bien mieux.