La tarification des émissions de carbone au niveau mondial a permis de lever un montant record de 104 milliards de dollars en 2023

Les pays ont récolté un montant record de 104 milliards de dollars l’année dernière en faisant payer les entreprises pour leurs émissions de dioxyde de carbone, mais les prix restent trop bas pour entraîner les changements nécessaires pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat, a déclaré la Banque mondiale dans un rapport publié dernièrement.

Plusieurs pays utilisent un prix sur les émissions de carbone pour atteindre leurs objectifs climatiques en faisant payer les pollueurs sous la forme d’une taxe, ou dans le cadre d’un système d’échange de quotas d’émission (ETS), ou d’un système de plafonnement et d’échange.

« La tarification du carbone est un élément essentiel du dosage des politiques nécessaires à la fois pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et pour soutenir une croissance à faibles émissions« , indique le rapport State and Trends of Carbon Markets (État et tendances des marchés du carbone) de la Banque mondiale.

Il existe 75 instruments mondiaux de tarification du carbone en fonctionnement, soit deux de plus qu’il y a un an, couvrant environ 24 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le montant des recettes tirées du carbone en 2023 est en hausse par rapport aux 95 milliards de dollars récoltés en 2022.

Toutefois, le rapport indique que moins de 1 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont couvertes par un prix direct du carbone égal ou supérieur à la fourchette recommandée par la Commission de haut niveau sur les prix du carbone pour atteindre l’objectif de l’accord de Paris de 2015 visant à limiter la hausse des températures à moins de 2 degrés Celsius.

En 2017, un rapport de la Commission de haut niveau a indiqué que les prix du carbone devraient se situer entre 50 et 100 dollars la tonne d’ici 2030 pour maintenir la hausse des températures mondiales en dessous de 2°C. Corrigés de l’inflation, ces prix devraient maintenant se situer dans une fourchette de 63 à 127 dollars la tonne, selon le rapport de la Banque mondiale.

Le système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne est le principal contributeur aux recettes mondiales tirées du carbone.

« Les récentes baisses de prix dans le système européen d’échange de quotas d’émission (…) suggèrent que les recettes mondiales liées à la tarification du carbone pourraient diminuer en 2024« , indique le rapport.

Le contrat de référence de l’UE sur le carbone se négocie actuellement autour de 73 euros/tonne, contre 80 euros/tonne au début de l’année, après avoir atteint un record de plus de 100 euros/tonne en février 2023.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter