• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Nature
  • >
  • Le gazon de la Coupe du monde du Qatar a besoin de stades refroidis et d’eau dessalée pour prospérer

Le gazon de la Coupe du monde du Qatar a besoin de stades refroidis et d’eau dessalée pour prospérer

Les stades de football du Qatar vont connaitre une vague de froid à partir de septembre puisque les jardiniers devront y souffler de l’air frais pour s’assurer que le gazon prospère dans ce pays désertique, et ce pour préparer la Coupe du monde.

Le Qatar est un pays où les températures peuvent atteindre 40 degrés à l’automne, alors l’équipe organisatrice de la Coupe du monde a décidé de reproduire les conditions « fraiches » nécessaires pour améliorer la qualité du gazon en soufflant de l’air froid sur le gazon des stades.

Un corps d’élite de jardiniers entretient désormais 144 terrains verdoyants et luxuriants : huit terrains de stade et 136 terrains d’entraînement. Ils soufflent de l’air frais à travers des buses directement sur le gazon, s’occupant de luxuriantes taches de vert parsemées au milieu du sable ou du gris du désert et du béton du Qatar.

« Les conditions météorologiques et le climat, ainsi que le niveau des critères de performance que nous nous sommes fixés, rendent extrêmement difficile le développement du produit dont nous avons besoin. Mais nous avons réussi« , a déclaré Haitham Al Shareef, un ingénieur civil soudanais qui a travaillé sur les terrains du Qatar depuis 2007.

Dès lors, la préparation du gazon pour la Coupe du monde, qui se déroule pour la première fois au Moyen-Orient, est coûteuse pour l’environnement.

Le Qatar transporte chaque année 140 tonnes de semences d’herbe depuis les États-Unis à bord d’avions climatisés, a déclaré Haitham Al Shareef, et les emplacements sont arrosés avec de l’eau de mer dessalée, dans un processus énergivore brûlant la richesse en gaz naturel du pays.

Chaque emplacement nécessite 10 000 litres d’eau dessalée par jour en hiver et 50 000 litres en été, a-t-il ajouté.

Un pays prêt à toute urgence

L’événement de 28 jours commence en novembre, à la période peut-être la plus difficile de l’année pour le gazon durable, alors que le climat du Qatar passe d’un été brûlant à un hiver doux.

Certaines variétés de graminées deviennent dormantes à mesure que les températures augmentent et que le ray-grass d’hiver prend racine, ce qui rend difficile une croissance adéquate entre les matchs.

« Lorsque vous avez de l’usure, vous voulez que l’herbe continue à pousser pour récupérer« , a déclaré Haitham Al Shareef. « Si vous semez le terrain trop tôt, vous aurez une germination, mais l’herbe d’hiver ne poussera pas vraiment, elle mourra en fait parce qu’il fait trop chaud. »

Le Qatar a également contrecarré le risque d’épidémies de champignons avec un régime d’entretien impliquant des cocktails chimiques, des tondeuses à gazon qui aspirent les débris et un système souterrain qui aspire l’excès d’humidité, a déclaré un consultant de terrain de l’UEFA.

Le Qatar indique être prêt à toute urgence de territoire.

Une réserve d’herbe de 425 000 mètres carrés – soit environ 40 terrains de football – pousse dans une ferme au nord de Doha.

Il peut être récolté, transporté par camion dans un stade et prêt à l’utilisation en seulement huit heures, a déclaré Mohamed Al Atwaan, qui a travaillé comme chef de projet sur le stade 974.

 

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter