• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Nature
  • >
  • Les agriculteurs sardes subissent leur pire invasion acridienne depuis plus de 30 ans

Les agriculteurs sardes subissent leur pire invasion acridienne depuis plus de 30 ans

Les agriculteurs travaillant dans les zones centrales de l’île italienne de Sardaigne ont vu des essaims de milliards de criquets pèlerins ravager leurs terres lors de la pire invasion de ce type depuis plus de trois décennies.

L’invasion devrait toucher une superficie d’environ 60 000 hectares cette année, soit le double de celle de 2021 et contre seulement 2 000 hectares en 2019.

Pour Rita Tolu, agricultrice, « nombre de ses collègues pourraient devoir fermer leurs entreprises » car la peste des criquets pèlerins s’ajoute à l’impact de la sécheresse et de la hausse des coûts du carburant sur les agriculteurs.

Elle et sa famille exploitent une ferme laitière de 200 hectares près du village de Noragugume, où poussent également des cultures et du fourrage pour animaux tels que le ray-grass et les trèfles et où paissent environ 1 000 moutons.

Cette année, Rita Tolu n’a pu récolter que 200 meules de foin – contre 1 000 en 2021, a-t-elle dit, dont une partie a été récoltée tôt par précaution et a perdu une partie de sa qualité nutritionnelle.

« Ici, les gens cultivent la terre pour éviter d’acheter du fourrage et d’autres aliments pour animaux« , a déclaré Rita Zaru, le maire de Noragugume, où plus de 70% des quelque 280 habitants sont employés dans l’agriculture et l’élevage.

Rita Zaru a déclaré que quiconque avait choisi de cultiver des prairies cette année pour augmenter la production de lait avait perdu la totalité de son investissement initial à cause des criquets.

Des remèdes testés pour les années à venir

Pourtant, le problème n’est pas nouveau en Sardaigne.

En 1946, environ 1,5 million d’hectares de terres, représentant les deux tiers du territoire de l’île, ont été touchés par la propagation rapide des criquets dans les champs abandonnés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ignazio Floris, qui enseigne l’entomologie générale et appliquée à l’Université de Sassari en Sardaigne, a déclaré que le dépeuplement et les terres incultes étaient une fois de plus l’une des principales raisons de ce type d’événement naturel.

La hausse des températures et le manque de pluie jouent également un rôle important, car un sol sec et compact facilite la ponte des criquets. 

Ignazio Floris a noté que l’invasion de cette année a touché une superficie égale à 2-3% de l’île, une bande de territoire beaucoup plus petite par rapport à la catastrophe de 1946 ou 1988-89, lorsque 81 000 hectares ont été touchés.

Les perspectives sont incertaines, mais l’entomologue ne s’attend pas à ce que les criquets se multiplient aussi rapidement en 2023 à la lumière des remèdes prévus tels que le labourage de plus de champs et le déploiement d’un type spécifique de coléoptère qui se nourrit des œufs du criquet.

Il a également exclu les criquets endémiques de Sardaigne « faisant le saut » vers d’autres parties de l’Italie, notant que leur espèce particulière – le criquet marocain – diffère du criquet pèlerin qui a ravagé les pays africains et le Liban ces dernières années.

Selon Rita Tolu, les agriculteurs sardes étaient prêts à jouer un rôle plus important dans la lutte contre cette « peste » en labourant davantage leurs terres.

« Nous sommes inquiets… mais nous ne voulons pas perdre espoir après tant d’années de crise« , a-t-elle déclaré.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter