Les plus grandes entreprises mondiales appellent à un transport maritime zéro émission d’ici 2050

Plus de 150 entreprises et organisations de premier plan, dont des majors pétrolières et des autorités portuaires, ont appelé le 22 septembre à la décarbonation complète de l’industrie mondiale du transport maritime d’ici 2050, exhortant les gouvernements à diminuer le délai de transformation.

Avec environ 90 % du commerce mondial affrété par voie maritime, le transport maritime mondial représente près de 3 % des émissions mondiales de CO2 et le secteur subit une pression croissante pour devenir plus propre.

L’agence maritime des Nations Unies, l’Organisation maritime internationale (OMI), a déclaré qu’elle visait à réduire les émissions globales de gaz à effet de serre (GES) des navires de 50% par rapport aux niveaux de 2008 d’ici 2050, mais les groupes industriels appellent à une action accélérée des gouvernements.

Dans la dernière initiative, les entreprises et les groupes – du transport maritime, de l’affrètement, de la finance, des ports et de la production de carburant – affirment que des mesures plus strictes sont nécessaires pour garantir que le secteur répondra aux objectifs climatiques fixés par l’accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés.

Introduction d’une taxe mondiale sur le carbone

Le temps presse“, a déclaré Hugo De Stoop, directeur général de la principale compagnie pétrolière Euronav.

L’initiative Call to Action, développée par le Forum économique mondial, le Forum maritime mondial à but non lucratif et d’autres partenaires, a déclaré que la décarbonation du transport maritime ne pourrait « se produire qu’avec l’urgence et l’échelle nécessaires » si les gouvernements et les régulateurs établissaient des cadres politiques appropriés.

« Les décideurs ont une opportunité historique d’accélérer ce processus en introduisant une taxe mondiale sur le carbone sur les carburants marins, pour favoriser la décarbonation et inciter les investissements dans les carburants et les navires à zéro émission », a déclaré Jeremy Weir, PDG de la société commerciale Trafigura.

Un porte-parole de l’OMI a déclaré que l’agence des Nations Unies avait un “plan de travail clair à venir“, y compris une discussion sur de nouvelles mesures pour réduire les émissions de GES des navires, ce qui donnerait aux États membres “l’opportunité de revoir la stratégie actuelle et de faire des propositions pour de nouvelles ambitions “.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter