• Accueil
  • >
  • L'agenda
  • >
  • Les pays pauvres déplorent que le manque de vaccins les exclue des pourparlers sur le climat

Les pays pauvres déplorent que le manque de vaccins les exclue des pourparlers sur le climat

Les pays les plus pauvres du monde ont demandé davantage d’aides pour répondre aux exigences d’entrée sur le territoire, ainsi qu’aux coûts liés à la vaccination et aux quarantaines exigées afin de pouvoir participer à la conférence mondiale sur le climat du mois prochain à Glasgow, en Écosse.

Les pourparlers visent à susciter des engagements plus importants pour commencer à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine d’ici 2050 et à maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale depuis l’époque préindustrielle bien en dessous de 2 degrés Celsius, afin d’éviter les pires effets du changement climatique.

Les délégués du Groupe des PMD (pays les moins développés) restent préoccupés par la logistique pour se rendre à Glasgow“, a déclaré Sonam Phuntsho Wangdi du Bhoutan, président du groupe des 46 pays les moins développés, dans un communiqué.

Nos pays et notre peuple sont parmi les plus touchés par le changement climatique – nous ne devons pas être exclus des pourparlers sur la manière dont le monde fera face à cette crise, déterminant le sort de nos vies et de nos moyens de subsistance.”

Une vingtaine de PMD tels que l’Éthiopie, Haïti et le Bangladesh figurent sur la “liste rouge” britannique des coronavirus, ce qui signifie que leurs délégués devront se mettre en quarantaine dans un hôtel jusqu’à 10 jours avant d’assister aux pourparlers de la “COP 26“, qui se dérouleront du 31 octobre au 12 novembre.

La Grande-Bretagne a déclaré qu’elle paierait les frais de quarantaine des délégués des pays de la liste rouge et a réduit le temps à cinq jours au lieu de 10 pour ceux qui sont vaccinés.

Le pays a également déclaré qu’il distribuait des vaccins COVID-19 aux délégués qui ont du mal à les obtenir.

Le 7 septembre, le Réseau Action Climat (RAC), une coalition de plus de 1 500 groupes environnementaux, a demandé le report des pourparlers en raison des difficultés des délégués à obtenir des vaccins. Le RAC a déclaré que la Grande-Bretagne avait mis du temps à fournir les vaccins qu’elle avait promis et que de nombreux pays risquaient d’en manquer.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter