• Accueil
  • >
  • Communiqués
  • >
  • Nature
  • >
  • Un organisme de conservation appelle à un moratoire mondial sur l’exploitation minière en haute mer

Un organisme de conservation appelle à un moratoire mondial sur l’exploitation minière en haute mer

Les responsables de l’environnement et les militants ont appelé à un moratoire mondial sur l’exploitation minière en haute mer et sur l’émission de nouveaux contrats d’exploration à moins que les écosystèmes marins ne puissent être efficacement protégés.

Des milliers de défenseurs de l’environnement, de scientifiques et de diplomates ont voté en faveur du moratoire le 8 septembre lors de la conférence de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille, qui se tient cette semaine et qui vise à jeter les bases du sommet mondial des Nations Unies sur la biodiversité qui se tiendra à Kunming, en Chine, en octobre.

L’exploitation minière en haute mer utilise des machines lourdes pour aspirer des roches ou des nodules de la taille d’une pomme de terre qui contiennent du cobalt, du manganèse et d’autres métaux rares utilisés dans les batteries.

Des pays insulaires du Pacifique tels que Nauru et Kiribati, en partenariat avec des sociétés minières occidentales, ont exhorté l’Autorité internationale des fonds marins à accélérer l’adoption de réglementations et à autoriser les sociétés à lancer des activités d’exploration et d’exploitation minière dans un délai de deux ans.

Seule une fraction des fonds explorée

Les scientifiques et les écologistes ont critiqué ces plans, affirmant que l’on en sait trop peu sur l’impact de l’exploitation minière en haute mer et que les minéraux extraits sur terre devraient être réutilisés et recyclés efficacement avant de se tourner vers le fond de l’océan.

Le Congrès de l’UICN a déclaré dans un communiqué qu’il reconnaissait que “la perte de biodiversité sera inévitable si l’exploitation minière en haute mer est autorisée, que cette perte est susceptible d’être permanente à l’échelle humaine et que les conséquences sur le fonctionnement de l’écosystème océanique sont inconnues.

Jusqu’à présent, seule une fraction des fonds océaniques a été explorée et la grande majorité des espèces qui vivent dans les eaux profondes restent inconnues, selon les scientifiques.

Autoriser l’exploitation minière en haute mer signifierait que l’océan profond sera exploité avant d’être exploré“, a déclaré Edith Widder, une biologiste marine spécialisée dans les créatures bioluminescentes trouvées dans les eaux profondes.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter