D’ici 2030, le climat de la Terre pourrait ressembler à celui du Pliocène moyen

Si l’humanité ne parvient pas à maîtriser ses émissions de gaz à effet de serre, nous risquons de pousser le climat de la Terre à un état similaire à celui d’il y a 50 millions d’années.

Les résultats d’une nouvelle étude indique que l’activité humaine est en actuellement train de renverser la tendance du refroidissement observée depuis l’époque éocène. Au cours de cette période la planète était chaude et largement dépourvue de glace.

Selon les chercheurs, dans environ 20 ans, le climat pourrait retrouver un climat comparable à celui du Pliocène moyen, une période qui existait il y a plus de 3 millions d’années – et d’ici 2150, nous pourrions replonger vers le climat observé 50 millions d’années en arrière.

Des températures entre 1,8 et 3,6°C plus chaudes

Si l’on s’en tient au nouveau rapport préoccupant publié dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences, le renversement impulsé par l’homme s’est produit en l’espace de deux siècles seulement, ce qui a entraîné les changements les plus rapides jamais observés.

Alors que les ancêtres humains et animaux vivaient sur Terre à l’époque de l’Éocène et du Pliocène, on ne sait pas comment les espèces d’aujourd’hui pourront faire face aux changements accélérés.

« Nous nous dirigeons vers des changements très dramatiques sur une période extrêmement rapide, renversant une tendance de refroidissement planétaire en seulement quelques siècles » explique l’auteur principal Kevin Burke, qui a dirigé l’ouvrage alors qu’il était étudiant de troisième cycle à l’Université de Wisconsin-Madison.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont examiné des données sur le passé géologique de la Terre afin de déterminer comment différentes époques s’alignent sur les futures projections climatiques du cinquième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental (GIEC) sur l’évolution du climat.

Pendant le Pliocène, il y a environ 3 millions d’années, les températures étaient de 1,8 à 3,6°C plus chaudes qu’aujourd’hui, a déclaré l’équipe.

Et au cours de l’Éocène, les températures mondiales étaient en moyenne de 13 C° supérieures à aujourd’hui.

Utiliser le passé pour comprendre l’avenir

L’équipe s’est également intéressée au dernier Interglaciaire (il y a 129 000 à 116 000 ans), au milieu de l’holocène (il y a 6 000 ans), à l’ère préindustrielle (antérieure à 1850) et au début du XXe siècle.

« Nous pouvons utiliser le passé comme critère pour comprendre l’avenir, qui est sera vraisemblablement très différent de tout ce que nous avons connu de notre vivant», a déclaré le paléoécologiste John “Jack” Williams, professeur de géographie à l’Université de Wisconsin-Madison.

« Les gens ont du mal à projeter ce que sera le monde dans cinq ou dix ans. Nous avons utilisé des outils pour prédire cela – comment nous nous dirigeons vers ces voies et utiliser des analogies géologiques profondes de l’histoire de la Terre pour réfléchir aux changements dans le temps ».

Les chercheurs ont examiné les scénarios climatiques futurs proposés par les processus représentatifs de concentration 8.5 (RCP8.5) et RCP4.5, qui représentent respectivement le climat futur sans atténuation des gaz à effet de serre et avec des réductions modérées.

 

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter