Le Sahara s’est agrandit de 10% en un siècle

Le Sahara – le plus grand désert chaud du monde – s’agrandit encore. En fait, il est actuellement environ 10% plus grand qu’il y a près d’un siècle, et les scientifiques suggèrent que le changement climatique en soit en partie responsable.

Dans une nouvelle étude, les chercheurs ont examiné les données pluviométriques recueillies à travers l’Afrique, consultant des dossiers datant de 1920 et notant la façon dont les conditions changeantes affectaient les régions autour des limites du « grand désert ».

Ils ont découvert que même si certains cycles climatiques naturels pouvaient en partie expliquer la réduction des précipitations et l’expansion du désert vers le sud, les changements climatiques impulsés par l’homme jouaient également un rôle. Et si la lutte contre les changements climatiques n’avance pas, la croissance lente du Sahara devrait continuer, selon les auteurs de l’étude.

Auparavant, les scientifiques avaient étudié l’expansion du Sahara en examinant des données satellitaires remontant aux années 1980. « Cette étude, soutenue par la National Science Foundation des États-Unis, est la première à analyser les tendances à long terme des précipitations et de la température de l’air sur une période de près d’un siècle » a déclaré Natalie Thomas, candidate au doctorat en science atmosphérique et océanique à l’Université du Maryland (Etats-Unis).

Les déserts sont définis comme des endroits sur Terre qui reçoivent moins de 25 centimètres de précipitations par an, selon l’US Geological Survey (USGS). Avec une superficie d’environ 9,4 millions de kilomètres carrés, le Sahara est le troisième plus grand désert du monde. Seuls les déserts froids sont plus grands : le désert gelé de l’Antarctique s’étend sur environ 14,2 millions de kilomètres carrés et le désert arctique couvre environ 13,98 millions de kilomètres carrés, a rapporté l’USGS.

“Une forte expansion”

Les auteurs de l’étude ont commencé à étudier les cycles saisonniers des températures et des précipitations en Afrique, en consultant des données couvrant 1920 à 2013. Mais leur attention a rapidement été attirée sur les tendances de diminution des précipitations au Sahel, une région semi-aride reliant le Sahara aux savanes soudanaises. En regardant de plus près, ils espéraient découvrir comment les tendances des précipitations pourraient être liées à la croissance du Sahara au fil du temps, précise Natalie Thomas.

Dans une certaine mesure, les frontières de nombreux déserts se dilatent et se contractent de façon saisonnière, les conditions météorologiques fluctuant entre plus humide ou plus sec. Mais les chercheurs ont constaté qu’il y a eu « une forte expansion » du Sahara au 20ème siècle.

Selon la saison, le Sahara a connu une croissance d’au moins 11%, allant jusqu’à 18% pendant les mois d’été les plus secs, selon des données recueillies sur une centaine d’années. Au cours du siècle dernier, il a progressivement augmenté pour devenir environ 10% plus grand que ce qu’il était en 1920.

Une grande partie de l’augmentation globale de la taille du Sahara peut s’expliquer par des cycles climatiques dus à des anomalies de la température de la surface de la mer. Ces changements cycliques affectent à leur tour les températures de surface et les précipitations sur terre, et leur impact peut s’étendre sur des décennies, selon l’étude.

Des décennies de sécheresse

Un tel cycle, l’oscillation atlantique multi décennale (OAM), est entré dans ce qui est connu comme une « phase négative » – avec des températures de surface de la mer plus froides que la moyenne – dans les années 1950, apportant chaleur et sécheresse dans la région du Sahel. La sécheresse a duré jusque dans les années 1980, Thomas a dit.

En utilisant des méthodes statistiques, les scientifiques ont analysé les effets de l’OAM sur la pluviométrie moyenne, et ont ainsi calculé quelle part de la croissance du Sahara pourrait s’expliquer par la sécheresse que produit la phase négative du cycle. Ils ont estimé que l’OAM représentait environ les deux tiers de l’expansion du désert – mais un tiers de la croissance restante du Sahara était probablement le résultat du changement climatique.

Les résultats des chercheurs indiquent des changements qui se produisent au cours des décennies plutôt qu’en une seule année, et il est difficile de prédire exactement comment la croissance continue du Sahara pourrait affecter la faune et les populations près de ses frontières. Mais comme les endroits où les humains cultivent de la nourriture deviennent de plus en plus secs, certaines zones pourraient devenir plus vulnérables à la sécheresse, ce qui augmente le risque de famine pour les gens qui y vivent, a ajouté Natalie Thomas.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM