Nicolas Hulot : un plan climat encourageant

nicolas-hulot-plan-climat

Le 6 juillet, le ministre de la Transition écologique et solidaire a présenté les objectifs de son mandat dans un “Plan Climat” globalement plus ambitieux que le programme d’Emmanuel Macron. Reste, comme toujours, à attendre les mesures concrètes.

L’annonce était attendue, et si la présentation par Nicolas Hulot de son “Plan Climat”, le 6 juillet, a manqué d’annonces concrètes, la feuille de route proposée est dans la ligne directe de la loi sur la transition énergétique et du programme d’Emmanuel Macron, par endroits plus ambitieuse.

Aller plus loin que l’accord de Paris

En préambule, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire a souligné que les objectifs fixés par l’accord de Paris n’étaient pas suffisants pour maintenir le réchauffement climatique sous les 2°C, et qu’il fallait aller plus loin.

Dans le détail, Nicolas Hulot a annoncé la fin de la vente des voitures à essence et diesel en 2040, ce qui est le sens de l’histoire même si la mesure a beaucoup fait parler. Il a également programmé une sortie du charbon, avec la fermeture des dernières centrales au charbon, et des hydrocarbures – une loi devrait interdire, dès cet automne, l’octroi de toute nouvelle concession d’hydrocarbure, y compris le gaz et pétrole de schiste sur lesquels lorgnent de nombreux industriels.

Concernant les énergies renouvelables, le gouvernement entend conserver le cap existant – Nicolas Hulot a simplement souhaité simplifier le cadre réglementaire pour accéler la mise en service d’un parc éolien ou photovoltaïque après l’attribution de l’appel d’offre.

La neutralité carbone en 2050, la rénovation des bâtiments comme priorité nationale

Autre objectif particulièrement ambitieux : faire de la France un pays neutre en carbone en 2050, et pour cela avoir, à cette date, trouvé «un équilibre entre les émissions de GES de l’homme et la capacité des écosystèmes à les absorber».

Le ministre a proposé d’interdire l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation, il a également fixé un objectif de prix du carbone sur le marché européen plus élevé que dans le programme électoral d’Emmanuel Macron.

Nicolas Hulot a enfin érigé la rénovation thermique des bâtiments en «priorité nationale» : le plan vise à supprimer les 7 millions de bâtiments très mal isolés en France en le réhabilitant. Reste, sur ce dossier comme les autres, à attendre les lois et mesures concrètes. Mais sur le plan des intentions, le ministre ne déçoit pas.

 

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter