• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Nature
  • >
  • Des élèves d’une école primaire souffrants après l’épandage des vignes voisines

Des élèves d’une école primaire souffrants après l’épandage des vignes voisines

Le 5 mai dernier, des élèves et une enseignante d’une école primaire de Gironde située tout près de vignes ont été pris de troubles en série. Hasard ou coïncidence, un exploitant procédait le même jour à l’épandage d’un fongicide sur les vignes riveraines de l’école.

Tandis qu’ils répétaient une chanson dans la cour de l’école, une vingtaine d’élèves et une enseignante de l’école primaire de Villeneuve en Gironde ont été pris de troubles divers. Les enfants ont ressentis des picotements dans les yeux ainsi que des maux de gorge. Certains ont également été pris de quintes de toux, de maux de tête ou encore de nausées. Les symptômes s’amplifiant tout au long de la journée, le directeur de l’école a du faire appel au médecin scolaire. Quant à l’enseignante, prise de violents maux de tête, elle a été conduite aux urgences pour pratiquer des examens.

Drôle de coïncidence

Hasard ou coïncidence, le même jour, un exploitant procédait à l’épandage d’un fongicide sur les vignes riveraines de l’école. Or, pour le Dr Martine Vivier-Darrigol, responsable de la cellule de veille à l’Agence régionale de santé, les symptômes ressentis par les enfants correspondent “aux effets connus des fongicides“. Une enquête de la Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et la forêt est en cours.

Le jeune directeur de l’école, Jean-Daniel Sans, a alors, en vain, tenter de joindre la maire de la commune, Catherine Verges, une des propriétaires des vignes traitées afin de faire faire stopper l’épandage. La s?ur de  Catherine Verges, également viticultrice affirme de son côté que cela peut venir de “plein de choses“. Interrogés sur les produits utilisés, les propriétaires des vignes ont affirmé par la suite n’avoir eu recours qu’à des produits autorisés sur le marché.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter