Nutrition : pétition pour l’étiquetage des aliments mauvais pour la santé

A l’instar de ce qui se passe déjà en Angleterre, des médecins et des associations de consommateurs et de malades demandent la mise en place d’un code couleur pour les aliments afin de pouvoir immédiatement évaluer leur qualité nutritionnelle. Les aliments rouges seraient ainsi à limiter, les verts à recommander.

Selon l’information révélée ce matin par Europe 1, des médecins et des associations de consommateurs et de malades viennent de publier une lettre ouverte à l’attention du premier ministre Manuel Valls. Dans cette lettre présentée comme une pétition citoyenne, les auteurs demandent la mise en place d’un code couleur, doté de cinq couleurs allant du rouge au vert, en passant par le rose, l’orange et le jaune, afin d’identifier dès le premier coup d’?il la qualité nutritionnelle des aliments. Cette initiative entre dans le cadre de la lutte contre l’obésité, diabète, ou encore les maladies cardio-vasculaires, générées par une alimentation trop grasse, trop sucrée ou trop salée.

Simple à déchiffrer

Pour mon information, je demande au gouvernement que soit mis en place un système d’information sur la qualité nutritionnelle simple et compréhensible sur la face avant des emballages des aliments“, réclame la pétition mise en ligne par le collectif. A l’instar de ce qui se fait déjà en Grande-Bretagne et dans certains pays scandinaves une étiquette rouge indiquerait alors que l’aliment considéré est mauvais pour la santé parce que trop gras, trop sucré ou trop salé. A l’inverse, une étiquette verte serait attribuée aux aliments sains, pauvres en graisses, sucres ou sel.

Il devrait alors devenir beaucoup plus simple pour les consommateurs d’établir une hiérarchie des produits qu’ils achètent. Ainsi, parmi les gâteaux apéritifs, il apparait clairement que les tortillas sont meilleures pour la santé que les chips. “Il est important d’introduire quelque chose de simple à déchiffrer. C’est important parce que nos pays font face à des maladies chroniques qui vont peser extrêmement lourdement sur nos finances. Je crois possible d’enrayer le développement galopant de ces maladies en modifiant la consommation alimentaire d’un part et en modifiant l’activité physique“, explique sur Europe 1 Jean-Louis Bresson, professeur de pédiatrie à l’hôpital Necker de Paris et signataire de la pétition.

Résistance

Par ailleurs, un tel code couleur peut inciter les fabricants à faire des efforts. En Grande-Bretagne par exemple, le géant de la frite, Mc Cain, a modifié la composition de son produit pour sortir du code rouge, mauvais pour son image. Mais la bataille risque d’être difficile en France, le lobby des industriels, soutenus par le ministère de l’Agriculture faisant de la résistance.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter