Climat : dernier rapport alarmiste du Giec

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) est résolument inquiétant. Selon ces experts, le réchauffement climatique représenterait une menace de plus en plus importante pour la santé, les perspectives économiques, l’alimentation et les ressources en eau de milliards d’habitants.

Les experts du Giec appelle une nouvelle fois les gouvernements à agir d’urgence contre les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. En effet, dans son dernier rapport, le groupement s’inquiète de la menace croissante que ce réchauffement fait peser sur certaines populations. “Ce qu’il faut c’est d’une part réduire l’ampleur des changements climatiques en cours, et d’autre part trouver le moyen de faire face aux modifications climatiques qui ne peuvent pas être évitées“, explique à l’agence Reuters, Christopher Field, le co-président du Giec. Quant à Vicente Barros, également co-président du groupe de scientifiques, il estime que “nous ne sommes pas préparés aux risques liés au changement climatique“.

Dans son rapport, le Giec s’inquiète donc de la menace croissante que représentent les effets du réchauffement climatique auprès de certaines populations : des menaces pour la santé, inondations, difficultés d’approvisionnement en eau potable, menace sur les rendements agricoles et donc à terme sur l’alimentation, extinction d’espèces, … La production de céréales pourrait par exemple chuter de 2% tous les 10 ans, tandis que la population continue de croitre.

Inondations, canicules…

Globalement, toutes les régions du monde seront touchées. Si en Afrique, l’accès à l’eau sera un problème majeur, en Europe, ce sera plutôt les phénomènes climatiques exceptionnels qui prédomineront: l’aggravation des inondations et de leurs conséquences sur les infrastructures et les effets sanitaires des vagues de chaleur. L’Asie sera soumises à d’importantes inondations et des vagues de chaleur extrême qui risquent de provoquer d’importants déplacements de population.

Dans le même temps, l’Amérique du Nord devrait endurer davantage d’évènements extrêmes (canicule, inondations côtières, incendies). L’eau pourrait devenir un réel problème en Amérique latine ou en Afrique et les régions polaires et les îles seront particulièrement exposées au réchauffement à cause de la fonte accélérée des glaciers et la montée des océans.

Les experts du Giec redoutent des risques “élevés à très élevés” en cas de hausse moyenne des températures de 4° C par rapport à la période préindustrielle, mais évoquent également des risques “considérables” dès un réchauffement de 1 à 2 °C. Il convient donc d’agir vite. Les problèmes posés par le réchauffement “ne sont pas insolubles, le vrai problème est que nous ne sommes pas assez ambitieux et agressifs pour les résoudre“, confie Christopher Field à l’AFP.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter