Watt’s up à la Cité des télécoms

Watt's up à la Cité des Télécoms

«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.» On connait cette formule… qui est aussi le principe de la conservation de l’énergie ! Mais est-ce que cette transformation pollue ? Est-ce que nos sources s’épuisent ? Dans un contexte où nos besoins énergétiques augmentent, la Cité des télécoms de Pleumeur-Bodou (22) nous invite à nous poser ces questions et analyser les différentes façons que nous avons de produire notre énergie. Et ce, via “Watt’s Up… Les énergies renouvelables”, une exposition interactive et dynamique* qui a de quoi séduire petits et grands. Reportage.

«Cette exposition est conçue en priorité pour les enfants en les entraînant sur des modes ludiques et pédagogiques à être des «fabricants» d’énergie» nous explique ce jour -là, par une belle matinée de mars, les organisateurs, forts du motto qui guide toute leur programmation : ” JOUER – DÉCOUVRIR – APPRENDRE“. C’est ainsi que “Watt’ up…” a été voulue avant tout comme une «exposition hautement interactive et dynamique, conçue pour répondre aux attentes de visiteurs concernés par le développement durable» poursuit la Cité des télécoms, domiciliée sur le site-même du fameux Radôme de Pleumeur-Bodou (côte de granit rose).

Concrètement, les enfants peuvent ici s’amuser à transformer des sources d’énergies en électricité pour alimenter une maison remplie d’articles ménagers électriques. Les parents ? Ils ne restent pas dans leur coin ! Au contraire, ils relèvent eux aussi les défis associés à l’exploitation des énergies renouvelables.

«Ils découvriront les moyens “super branchés” qui sont en développement pour répondre à nos besoins énergétiques toujours croissants. À quoi ressemblera le paysage énergétique dans quelques années ? Plusieurs pistes sont envisageables. Une chose est certaine, l’efficacité énergétique et les économies d’énergie doivent faire partie de la solution…»

5 ZONES RÉPARTIES AUTOUR D’UNE MAISON? POUR S’AM– USER À PRODUIRE DE L’ÉNERGIE

En vue de favoriser l’apprentissage in situ ( et d”initier les bons réflexes à venir…), la petite maison ici mise en scène est remplie d’articles ménagers électriques qu’il s’agit de faire fonctionner en produisant de l’électricité de diverses façons :

> l’énergie musculaire? avec des bicyclettes munies de dynamos
> l’énergie solaire? avec une lampe Soleil et son panneau solaire
> l’énergie de l’eau? avec un barrage hydroélectrique
> l’énergie du vent? avec une éolienne
> Dédiée à la consommation d’énergie, la 5ème zone est composée :

– d’un poste informatique pour calculer notre empreinte écologique
– d’un jeu pour tester l’efficacité énergétique et la puissance d’éclairage de différentes ampoules
– d’un jeu de roulette sur les dépenses énergétiques pour fabriquer un manteau
– d’un casse-tête pour découvrir six actions pour réduire notre consommation d’énergie.

Enfin, un module explique les principes de la géothermie.

À noter que l’exposition présente 3 exemples bretons d’énergie marine renouvelable : l’usine marémotrice de la Rance, des éoliennes offshore et l’hydrolienne au large de Bréhat. Soit une exposition ludique et maligne… Au sens où on sort moins idiot qu’en y entrant ( c’est l’auteur de ces lignes qui parle!)

*Une production de THEM– USEUM (Ontario), en collaboration avec le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke (Québec) et le Saskatchewan Science Centre. Jusqu’au 30 décembre 2014. www.cite-telecoms.com

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Journaliste économique, animateur de débats, colloques et séminaires.