Prescrire publie une nouvelle liste de 68 médicaments à éviter

Comme elle a désormais coutume de le faire, la revue médicale Prescrire a publié hier sa liste des 68 médicaments à éviter, compte tenu des risques  qu’ils font courir aux personnes qui les consomment. A l’inverse, Prescrire a également souligné les bienfaits d’un vaccin contre la méningite destiné aux enfants : le Nimerix.

“L’année 2013 est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments“. La phrase est de Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue médicale professionnelle, Prescrire, qui cette année encore, a publié une liste de 68 médicaments à éviter. En se fondant sur des études réalisées entre 2010 et 2013, cette liste recense les médicaments “dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés“.

Parmi ces médicaments, certains comme le Protélos, destiné au traitement de l’ostéoporose, présentent des risques “disproportionnés par rapport aux bénéfices qu’ils apportent“. Le Protélos est en effet accusé de provoquer des troubles neurologiques et cardiovasculaires graves pouvant même  dans des cas extrêmes, entrainer la mort. L’Agence européenne du médicament a d’ailleurs recommandé la suspension de ce médicament.

Le Nimerix sort du lot

Mais, au-delà du Protelos, Prescrire cite également les médicaments contenant de la quinine et destinés à traiter les crampes: Hexaquine, Okimis, Quinine Vitamine C… . Ces produits à l’efficacité jugée faible, pourraient en effet avoir des effets secondaires graves voire mortels, comme des troubles anaphylactiques ou des troubles hématologiques. Parmi les médicaments à éviter, on trouve également ceux contenant de la dompéridone, comme le Motilium, prescrits pour les reflux gastro-oesophagiens, ou encore les antibiotiques de la famille de quinolones, exposant à des syndromes de Lyell et à des hépatites graves.

En revanche, Prescrire tient à saluer le Nimerix, un vaccin contre la méningite à méningocoques de type A, C, W135 et Y, destiné aux enfants de 1 et 2 ans. Selon le directeur de la rédaction, ce vaccin aurait “contribué à améliorer la prévention chez certains nourrissons“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter