ÉRIGER: face à la question de la ville “de demain”, la réponse est plurielle !

Associés ERIGER

Ah ! La ville de demain? Toujours plus “intelligente” bien sûr? Vaste sujet et/ou éternel “serpent de mer” ? Comment la penser, la faire évoluer, tout en composant avec le poids (ou l’opportunité) de nouvelles contraintes et attentes ?

Pour les 5 cabinets aujourd’hui associés au sein d’ERIGER, la démarche, collaborative, passe par la rupture : « il faut sortir des schémas de l’urgence associant souvent la précipitation intellectuelle et qui empêche la recherche, le développement et l’innovation ! » Dont acte.

Bâtiments à énergie positive et  mutualisation énergétique? Economie d’eau en boucle courte et  préservation des milieux? Energies renouvelables et l’efficacité énergétique? Smart grids et suivi de l’exploitation? Sécurisation des performances et optimisation de la “valeur verte” du patrimoine?

Rénovation du “parc” urbain? Pas de doute : la question de la « ville de demain » est a minima « plurielle » dans ses réponses.

Un créneau sur lequel entend bien se positionner au départ de Chartes- de-Bretagne, ERIGER,  nouvelle entité dédiée à l’aménagement, à l’environnement et au bâtiment.  Et qui entend bien passer par une « rupture avec les modes de pensées d’aujourd’hui », présente la présidente de ce nouvel ensemble, Gwénaëlle Carfantan (par ailleurs Présidente de SETUR et ETSB).

Sur le terrain, cinq cabinets d’études* intervenant dans les métiers de l’aménagement, de l’environnement et du bâtiment ont décidé ici d’associer leurs compétences  pour proposer au marché une « nouvelle approche métier », insiste la présidente. « Cette conception originale se veut une alternative à l’offre des grands groupes. C’est  là que réside la force d’ÉRIGER : conserver une relation de proximité, être plus réactif, pouvoir s’engager, être dans une démarche collaborative et surtout apporter de l’audace. »

De l’audace dans les approches, de l’audace dans les propositions, de l’audace dans la gestion des projets.

Pour l’équipe de dirigeants réunis autour d’ÉRIGER, le moment est venu en effet de proposer au marché une autre façon de travailler : «  il faut sortir des schémas de l’urgence qui, en associant trop souvent la précipitation intellectuelle, empêche la recherche, le développement et l’innovation. »

Ainsi dotée à 5 d’une longue expérience de ces marchés, la nouvelle structure affiche un objectif : « mutualiser les ressources au bénéfice de la ville et de ses habitants, en vue d’optimiser notamment les économies en eau ou en gestion des énergies, donc des ressources. »

De quoi interpeller élus et collectivités ?

« La gestion des besoins et des flux passera par les réseaux de communications pour devenir interactive », n’en démord pas Gwénaëlle Carfantan. « La ville de demain sera plus intelligente. Jusqu’à aujourd’hui chaque expertise était cloisonnée, isolée. La volonté d’ÉRIGER est de créer les conditions d’une réflexion et conception communes. » A suivre.

————————

*Les cinq sociétés – Cabinet BAGOT, CEDRE, ETSB, SETUR et THALEM  -ont créé une SAS commune et apportent leurs compétences et ressources sur chaque projet.

À eux cinq, leurs expertises couvrent :

– L’aménagement et la qualité durable du bâtiment
– L’économie de la ressource en eau
– La stratégie et la gestion de l’énergie
– Les structures bois, métal, béton et risques sismiques
– Les fluides et le thermique
– L’électricité et la sécurité Incendie
– La gestion technique du bâtiment
– L’économie de la construction
– L’accompagnement aux certifications environnementales (HQE®, Aménagement et Bâtiment, Breeam, Leed)
– Une expertise spécifique : la climatisation solaire

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Journaliste économique, animateur de débats, colloques et séminaires.